la CGT

 Compte rendu de la CPN Papier

du 1er octobre 2020

Texte sur l’Activité Réduite pour le Maintien en Emploi (ARME).
Unidis (Union Intersecteurs Papiers Cartons pour le dialogue et l’ingénierie sociale) plaide pour une activité partielle avec une possibilité de diminuer la durée du travail de 40 ou 50 %. Ce texte donne lieu à un débat sur le montant de l’indemnisation des travailleurs qui entrent dans ce dispositif. Unidis propose 70 % mais nous ne sommes pas d’accord sur la base de ce calcul. (lire plus)



 Compte-rendu de la réunion Paritaire

du 8 juillet 2020.

En début de séance, les patrons font état des différentes propositions dans le cadre de la relance du dialogue social au niveau de la branche. Ils acceptent de payer les temps de pause lorsque celui-ci n’est pas reconnu en temps de travail effectif, l’augmentation du point 100 de l’ancienneté de 1,5% sur 2020 soit 597,88€ et de 0,5% au 1er janvier 2021 soit 600,88€. Pour le temps de pause, la FILPAC-CGT a demandé que le texte soit plus clair car il reste interprétable. Sur l’ancienneté, la FILPAC-CGT a rappelé que le point 100 n’a jamais été augmenté depuis 18 ans... (lire plus)



 LE PASSÉ A DE L’AVENIR…

Si on vous parle d’une usine vertueuse qui produit en continu du papier journal à partir du recyclage de vieux papiers, issus de la collecte des bassins voisins d’Ile-de-France et du Nord, employant un personnel hautement qualifié, plus de 40 métiers, 218 personnes directement, en contrat avec plus de 200 collectivités locales, au moins 600 entreprises extérieures ces deux dernières années, dont plus de 50 sous contrat ; qui possède sa chaudière à biomasse (alimentée essentiellement en bois de déconstruction, boues de désencrage et déchets plastiques, et produit de l’électricité verte) ainsi qu’une station d’épuration qui pompe l’eau de la Seine et la rejette plus claire qu’à son entrée…(lire plus)



 UNIDIS / CFDT / FO / CGC

MAIN DANS LA MAIN…

Sauf pour partager équitablement

les risques et les bénéfices !

Dans le cadre de la pandémie COVID-19, certaines organisations syndicales représentant les salarié.e.s ont décidé de signer, le 12 mai 2020, un communiqué commun avec le syndicat des patrons Papier/Carton, l’UNIDIS. La FILPAC CGT, l’organisation majoritaire des branches du Papier/Carton, n’a pas souhaité parapher ce texte. Pourtant, sollicitée par l’UNIDIS, notre organisation syndicale avait accepté de prendre part aux réunions de travail téléphoniques organisées par le syndicat patronal pour revoir les organisations de travail mises en oeuvre dans les entreprises du secteur depuis le début de la crise sanitaire, afin d’améliorer les conditions de sécurité des salarié.e.s.   (lire plus)



 NE SOYONS PAS LES DÉCONFITS

DU DÉCONFINEMENT !

Ce lundi 11 mai, ça y est ! Enfin ! C’est la liberté ! Enfin presque… Pour une grande partie d’entre nous et après plus de cinquante-cinq jours à rester enfermés, confinés, prisonniers chez nous, la liberté de circuler librement est rétablie, même si ce n’est que partiellement et sous certaines conditions… C’est en tout cas une vraie respiration pour l’ensemble de la population, même si ce déconfinement progressif nous replonge, non sans angoisse, dans « le monde d’avant » que veut nous imposer le gouvernement.(lire plus)



 COVID 19 : QUELLE ISSUE À LA CRISE SANITAIRE ? C’EST À NOUS DE DÉCIDER !

Alors que le virus continue sa marche macabre, frappant le continent africain, fauchant les vies par dizaines de milliers aux États-Unis et en Europe, les gouvernants de tout poil définissent déjà les contours de l’après-crise. Ne tirant aucun enseignement de cette crise sanitaire mondiale, ils en profitent pour prendre des mesures contre les libertés publiques et individuelles (tracking numérique, mise sous le boisseau de la démocratie sociale et parlementaire, etc.) pour mieux appliquer l’accélération de leur cure d’austérité sociale déjà en oeuvre depuis des décennies.(lire plus)



 ILS OSENT TOUT !

C’EST À ÇA QU’ON LES RECONNAÎT…

Dans son communiqué de presse daté du 18 mars 2020, la Copacel (Union Française des Industries des Cartons, Papiers et Celluloses) demande à l’État de reconnaître l’industrie papetière « comme étant l’un des secteurs particulièrement nécessaires à la sécurité de la Nation ou à la continuité de la vie économique et sociale », en s’appuyant sur la loi d’urgence pour faire face à l’épidémie de covid-19 du 23 mars 2020. (lire plus)



 Note de la réunion informelle Unidis / Filpac

Le 20 mars les patrons nous ont demandé une rencontre informelle par téléphone afin d’échanger sur divers points de la convention collective qui restent en attente. L’accord sur les frais de santé : Sur ce sujet la FILPAC a répondu qu’elle a lancé une consultation de ses mandants mais qu’au vu de la situation actuelle elle n’a pas encore eu, à ce jour, suffisamment de réponses de ses syndicats pour se prononcer. (lire la suite). (lire plus)



 La lettre fédérale N°26 UNE CRISE SANITAIRE REFLET D’UNE GUERRE SOCIALE MONDIALE

Voilà maintenant une semaine que les mesures de confinement sont appliquées sans que leur portée contre la pandémie du Covid 19 ne soit encore visible. La crise sanitaire majeure que nous vivons symbolise l’incapacité des gouvernants à y faire face, tant leur raisonnement est conditionné par leur doctrine ultralibérale du monde. Oui, rien ne sera plus comme avant, mais le sens de la sortie de cette crise qui va en entraîner une autre, dépendra de la mobilisation des travailleurs et des citoyens, et de leur capacité à imposer un autre choix de société et de civilisation que celui qui nous a conduits à cette catastrophe humanitaire. (lire plus)



 Compte-rendu de la réunion Paritaire

du 12 février 2020.


En début de séance, les patrons font état des propositions dans le cadre de l’accord frais de santé. Ils précisent que la proposition contient un plancher pour le panier de soin minimum indexé sur celui du cartonnage, ils s’engagent aussi a travailler sur une négociation de branche sur les garanties et les recommandations. La FILPAC-CGT demande des garanties pour ne pas voir des entreprises dénoncer les accords en vigueur pour mettre en place celui de la branche sous de faux prétexte. Il est donc demandé les choses suivantes :(lire plus)



 NE RESTONS PAS LES BRAS CROISÉS

Ne restons pas les bras croisés face à ce gouvernement qui détruit petit à petit les droits de travailleurs et de ses citoyens les plus fragiles. C’est l’observatoire français des conjonctures économiques qui le constate : « les 5 % de français les plus pauvres devraient voir leur niveau de vie se réduire ». D'ailleurs, consciente des enjeux sociétaux directement liés à ce projet de loi, l’opinion publique continue à rejeter ce projet néfaste pour l’équilibre même de notre démocratie. (lire plus)



 POUR SAUVEGARDER NOTRE SYSTÈME DE RETRAITE,

LES SYNDICATS DE LA FILPAC SONT TOUJOURS

DÉTERMINÉS ET MOBILISÉS !

Si Macron et son gouvernement ont choisi les stratégies de la guerre d’usure et du pourrissement pour imposer leur projet de loi, c’est perdu ! Si, après plus de 50 jours de grève et d’action - la plus longue grève qu’est connue notre pays. aux espoirs des « marcheurs » dont le premier de cordée Macron, les mobilisations ne se sont jamais arrêtées durant la période des fêtes. (lire plus)



 POUR NOS RETRAITES,

LES 9, 10 ET 11 JANVIER

ON ARRÊTE LE PAYS !

Contrairement aux espoirs des « marcheurs » dont le premier de cordée Macron, les mobilisations ne se sont jamais arrêtées durant la période des fêtes. Ce n’est pas l’intervention du président de la République qui a permis de voir une issue positive, il n’a fait que renforcer la position de son Premier ministre dans sa volonté d’imposer la retraite par point, une régression historique de notre système de protection sociale. (lire plus)



 L'impact 182

(le lire)