10 rue Auguste BONAMY 60130 St Just en Chaussée

06 01 86 94 28

PUBLICATIONS CGT

NÉGOCIATION DE L’ACCORD D’INTÉRESSEMENT, UNE MISE AU POINT S’IMPOSE.

La réunion du lundi 16 janvier a permis d’avancer sur certains principes de notre futur accord d’intéressement, l’accord PP 2023/2025.
Au-delà des modifications que nous pouvons faire habituellement pour ce type d’accord, l’intersyndicale CFDTCGTFO, souhaite informer l’ensemble des salarié.es des 2 sites Kunheim/St Just sur le sujet de la « réintégration dans le salaire » d’une partie de la prime d’intéressement.
En effet la direction indique avoir besoin d’afficher des salaires de base plus important, afin de faciliter les recrutements et souhaite pour se faire transférer une partie de la PP dans le salaire.

Que nos salaires soient trop bas n’est pas une nouveauté pour nous, à chaque Négociation des Salaires nous le répétons, mais c’est quand même bien la direction qui limite tous les ans les Augmentations Générales ! De qui se moque-t-on ?

LE 31 JANVIER 2023 : AMPLIFIONS LA GRÈVE ET LES MANIFESTATIONS !

Le 19 janvier, nous étions plus de 2 millions dans la rue, partout dans le pays, en grève et en manifestation, contre le projet Macron/Borne de casse de nos retraites. La FILPAC-CGT DS Smith France remercie l’ensemble des salarié.es qui ont fait grève et/ou qui sont venu.es manifester.
Le rapport de force existe pour imposer le retrait pur et simple de cette contre-réforme délétère pour notre avenir et celui de nos familles, de nos enfants, de nos parents ! Rappelons-nous que nos anciens se sont battus pour la retraire !
La FILPAC-CGT DS Smith France constate que le « Méprisant de la République » et sa « Première Sinistre » ont fait le choix délibéré de tenter le pari complétement fou de provoquer jusqu’au bout des travailleuses et des travailleurs.


Pour cela, nous devons encore élever le niveau de la mobilisation !
Ce projet de réforme n’est ni juste ni responsable.

LE 19 JANVIER 2023 TOUTES ET TOUS EN GRÈVE ET AUX MANIFESTATIONS !

Nous y sommes, si le DRH de DS Smith France avait réussi à réunir les organisations syndicales de DS Smith dans un mouvement de grève le 14 juin 2021, autant dire que la première Ministre, en dépassant les bornes, est en passe de réaliser le même exploit au niveau national.
« La retraite ne doit pas être l’anti chambre de la mort (Ambroise CROISAT) ». Pourtant, le projet mortifère du gouvernement nous y emmène tout droit. Ne connaissant rien de rien aux réalités du monde du travail, ce gouvernement a fait le choix de repousser l’âge légal de départ à la retraite à 64 ans. Le prétexte : de soi-disant problèmes de financement qui pourrait pousser le budget des retraites à un déficit de 12 milliards d’€uros d’ici 2023 soit 3% de son budget. C’est comme si un.e salarié.e qui gagne 2000€ par mois était débiteur de 60€ d’ici 2030.
L’objectif premier de cette réforme n’est autre que mettre main basse sur le magot. A ce jour les caisses de retraite sont excédentaires. Autre objectif que le gouvernement s’est bien gardé de divulguer, spolier le salaire des travailleuses et des travailleurs en diminuant le montant des cotisations sociales. Que le patronat le veuille ou non, les cotisations sociales sont du salaire, les diminuer reviendrait à diminuer nos salaires !

ACCORD PRIME DE PERFORMANCE : ENFIN, ÇA AVANCE !

Une énième réunion de négociation de notre accord Prime de Performance (PP) à Kunheim ce lundi 16 janvier 2023. Si la séance de négociation fut très longue, elle aura tout de même permis d’aboutir sur les prémices d’un accord cadre qui devrait s’appliquer en quasi-totalité sur le site de St Just dans la mesure où il y aura encore des discussions sur Kunheim d’une potentielle réintégration. Toutefois, la CGT DS Smith Nord-Est reste perplexe sur le bénéfice de cette réintégration à Kunheim car les salarié.es Alsacien risquent d’y perdre plus au final.
Sur le sujet principal, les critères de pondération, la CGT DS Smith Nord-Est est restée ferme. Le seul changement restera l’OT qui passera en OTIF.

NÉGOCIATION PP ON NE LÂCHE RIEN !

Le jeudi 12 janvier, la direction du site de St Just a souhaité échanger avec les délégués syndicaux afin de faire une présentation de ses nouvelles propositions.

La CGT DS Smith St Just a rappelé que la situation de tension actuelle sur le sujet avait été provoqué par le directeur de Kunheim qui a fait le choix de vouloir complétement bouleverser le fondement même de cette PP.

Si à ce jour, il y a tout de même des évolutions, la CGT DS Smith St Just refuse toujours que « le taux d’engagement sécurité » ne puisse impacter négativement notre PP. La sécurité est du ressort de l’employeur, L4121-1 du code du travail. La CGT DS Smith St Just n’est pas farouchement opposée pour inclure un système de bonus sur la sécurité mais il n’est pas question qu’il puisse y avoir du malus qui impacterait négativement notre taux de PP !

LE NET, LE BRUT ET LES TRUANDS !

Fermez les yeux. 
Même si vous n'êtes pas un.e fan de western, laissez-vous porter par la musique de Sergio Leone.

Ça devient net ? 
Vous la voyez, la partie en bas à droite de la fiche de paie. Celle qui tombe chaque mois. Elle sert à payer les factures. Et quand il en reste, même un peu, on s’offre un p'tit extra. Aujourd’hui, difficile, voire impossible de s’offrir ces p’tits extras !

Un peu plus loin, il y a le brut.
Ce sont les cotisations sociales. C'est la partie du salaire dédiée au financement de la Sécurité sociale, de l'assurance chômage, de la formation, de la retraiteTout.es les salarié.es et leurs familles peuvent en bénéficier au cours de leur vie. C’est ce que nous appelons le salaire différé qui sert notamment à payer les retraites.

2023 : REJOIGNEZ-NOUS !

  1. Le syndicat m’informe sur le droit du travail.
  2. Le syndicat m’apprend à défendre mes droits.
  3. En cas de difficulté au travail, le syndicat est l’un des premiers interlocuteurs vers qui je peux me tourner et trouver des réponses.
  4. Quand on entre dans le monde du travail, on ne sait pas forcément comment aborder et négocier son recrutement, son contrat, son salaire, ses conditions de travail, ses relations professionnelles.En échangeant avec des personnes syndiqué.es, on peut aborder ces sujets librement et trouver des repères utiles.
  5. L’image du syndicalisme réveille souvent des préjugés parfois difficiles à assumer. Il faut savoir que :
  • Toute discrimination pour activité syndicale est interdite par la loi.
  • Toutes et tous les salarié.es ont le droit à 12 jours de formation syndicale par an.
  • On peut se syndiquer confidentiellement, sans que les collègues ou le boss ne le sachent.
  • On peut jouer le rôle de lanceur.euse d’alerte via son syndicat en toute confidentialité.

BONNE ANNÉE 2023

L’ensemble des élu.es et des syndiqué.es de la CGT DS Smith St Just vous présentent, ainsi qu’à vos proches, leurs meilleurs vœux pour cette année 2023 qui démarre. Que cette nouvelle année soit faite de bonheur, réussite et de plein de bonnes choses.
Qu’elle soit aussi porteuse de tous les espoirs, de tous les combats et de toutes les améliorations nécessaires à une vie meilleure pour toutes et tous.
En 2023, plusieurs défis seront à relever, la négociation de l’accord PP, les NAO, les qualifications, la pénibilité, les conditions de vie au travail et plein d’autres sujets qui occuperont cette année.

PRIME DE PERFORMANCE : ENFIN ENTENDU ?

Le mercredi 21 décembre, la direction de St Just a souhaité rencontrer les Délégués Syndicaux de manière informelle afin d’échanger sur notre accord de Prime de Performance (PP). Si la direction a commencé à vouloir nous présenter des scénarios avec des changements de critères, la CGT DS Smith St Just a coupé cours aux débats réaffirment sa volonté de garder l’accord actuel en acceptant le principe de discuter des coefficients de pondération dans les critères.
Cela devrait se traduire dans un accord carde DS Smith Nord-Est avec chaque site qui devra négocier ses propres coefficients de pondération.
Reste-le quid du paiement au prorata du temps de présence. Pour la CGT DS Smith St Just c’est non, car pour notre organisation syndicale les salarié.es ne sont pas coupable mais victime, que ce soit d’une maladie de la vie courante, d’une maladie professionnelle ou d’un accident de travail. Notre taux d’absentéisme n’est pas une fatalité mais bel et bien le reflet de problèmes sociaux-organisationnel dont la direction a elle seule la possibilité de faire évoluer dans le bon sens.

BONNES FÊTES DE FIN D'ANNÉE

L’ensemble des élu.es et des syndiqué.es de la CGT DS Smith St Just souhaitent à l’ensemble des salarié.es, ainsi qu’à leurs proches, de très bonnes fêtes de fin d’année.
Profitez toutes et tous de ce moment convivial en famille ou entre amis pour vous ressourcer de cette fin d’année au combien compliquée.

ACCORD PRIME DE PERFORMANCE : LA DIRECTION PATAUGE !

Ce 15 décembre s’est tenue une nouvelle réunion qui ressemble plus à un spectre de négociation sur notre accord Prime de Performance. La direction de Kunheim, sans en avoir averti les Délégués Syndicaux Centraux (DSC), s’est permise de faire des premières simulations aux élu.es de Kunheim entravant ainsi le rôle des DSC. Cette dernière n’en est pas à sa première supercherie pour passer outre le dialogue social et tenter de diviser les deux sites. Pour la CGT DS Smith St Just, il serait bien que la direction arrête de se servir des élu.es Alsacien pour obtenir une scission qu’elle n’a pas le courage de demander à Puteaux. La CGT DS Smith St Just n’est pas son facteur !
Concernant notre PP, car c’est tout de même le sujet principal de cette négociation. A ce jour, pas grand-chose de nouveau. Si la CGT DS Smith St Just a fait des revendications et a demandé des simulations, côté direction c’est creux, pas de travail, ou des simulations qui ne ressemble à rien, un peu comme la direction à vrai dire.
Ce n’est pas possible de continuer une négociation dans de telles conditions, il faut que la direction travaille réellement le sujet, sauf à dire que cette dernière recherche un conflit social dont il faudra qu’elle assume les conséquences face à Puteaux car ce sera bien de sa responsabilité et non de la CGT DS Smith St Just !

DS SMITH ST JUST EN DANGER ? À QUI LA FAUTE ?

Ce matin, lors d’une intervention devant des salarié.es médusé.es, la direction a décidé de dépeindre une soi-disant situation cataclysmique du site de St Just, notamment sur le plan financier : le site serait déficitaire de 1,8 M€.
Dans un contexte déjà difficile, la direction fait donc le choix de la dramatisation et de la désinformation pour générer de la panique dans les ateliers.
Quelle que soit la situation réelle de l’entreprise, elle s’est en tout cas bien gardée d’informer le CS2E avant ses annonces sauvages, ce qui s’apparente clairement à un délit d’entrave caractérisé.
Elle est belle la transparence !
Notre site ne gagnerait plus d’argent depuis plusieurs années... Erreur de stratégie ou stratégie de l’erreur ?
La CGT DS Smith St Just constate que la situation du site de St Just est directement liée aux stratégies scabreuses mise en place par « les grands barons » du groupe et docilement appliquées par la direction locale.

HARCÈLEMENT MORAL : COMMENT SE CARACTÉRISE-T-IL ?

Le docteur Marie PEZE, psychologue clinicienne du travail, dans un rapport, donne des exemples prohibés qui caractérise le harcèlement moral sur un plan strictement médical et cela avec des cas réels. La CGT DS Smith St Just a souhaité les communiquer afin d’en informer les salarié.es mais aussi dans le but de faire cesser ces situations de violence sur le lieu de travail. Voici la liste non exhaustive de ces comportements :

  1. Pratiques relationnelles : tutoyer sans réciprocité, couper la parole, utiliser un niveau verbal élevé et menaçant, s'abstenir de dire bonjour au revoir ou merci, refuser toute communication verbale, critiquer systématiquement l'apparence physique, laisser échapper des injures publiques, sexistes, racistes, etc.
  2. Pratiques d'isolement : omission d'information sur les réunions, injonction faite aux autres salariés de ne plus communiquer avec la personne désignée, création de clans se matérialisant par de l'indulgence pour les uns et de la rigueur pour les autres, la répartition inégalitaire de la tâche, la stigmatisation publique d'un salarié devant les autres, etc.
  3. Pratiques persécutrices : surveillance des faits et gestes, contrôles des conversations téléphoniques, des e-mails, vérifications des tiroirs, casiers, poubelles, etc., contrôles de la durée des pauses, des absences, contrôles des conversations entre collègues, obligation de laisser la porte ouverte.

NÉGOCIATION ACCORD PP : IL FAUT SE PRÉPARER AU PIRE !

Une réunion de négociation portant sur la prime de performance s’est tenue le 25 novembre 2022. Négociation, c’est vite dit, une fois de plus, la direction n’avait pas grand-chose à présenter, l’objectif était surement de mettre le feu aux poudres.
Déjà, pour la CGT DS Smith St Just il est hors de question de faire deux accords séparés entre Kunheim et St Just, et pour cause, cela entrainerait une perte du rapport de force entre les organisations syndicales et la direction s’il y avait besoin de mobiliser les salarié.es.
Autre point bloquant, la CGT DS Smith St Just refuse tout critère sécurité dans notre accord de prime de performance. La sécurité est du ressort de la direction, ce n’est pas la CGT DS Smith St Just qui le dit, c’est le code du travail en son article L4121-1. Quant au critère sur l’absentéisme, là aussi, l’absentéisme n’est pas une fatalité mais le résultat de problèmes sociaux organisationnels orchestrés par les directions. Il serait donc anormal, pour la CGT DS Smith St Just, de faire payer aux salarié.es le résultat de manquements de la direction.

ACCORD PRIME DE PERFORMANCE : APPEL À LA GRÈVE DES HEURES SUPPLÉMENTAIRES !

Comme vous le savez, en date du 8 novembre 2022, la direction a dénoncé notre accord Prime de Performance car elle aurait soi-disant la volonté de le renégocier.
Qu’à cela ne tienne, mais reste à connaître la réelle volonté de la direction. Le renégocier pour l’améliorer ou le détériorer pour gaver encore plus nos actionnaires déjà obèses de fric ? Pour la CGT DS Smith St Just, c’est probablement la seconde piste qui sera privilégié par la direction.
Malgré ça, en date du 27 octobre 2022, notre organisation syndicale a porté des revendications pour améliorer notre accord intéressement (Prime de Performance) avec des demandes de simulations.
A ce jour, la CGT DS Smith St Just pense que la direction va jouer la carte du pourrissement car aucune simulation n’a encore été envoyée alors que notre prochaine réunion est programmée au 25 novembre prochain. Et cela, malgré le fait que la CGT DS Smith St Just ait relancé la direction. Force est de constater que La direction refuse de négocier loyalement.

TRAVAIL À LA CARTE : A CHAQUE SEMAINE SON MENU !

La direction a convoqué une réunion de CS2E extraordinaire le 18 novembre afin d’évoquer la charge de travail mais aussi des jours de fermeture du site. Comme depuis quelques mois, les salarié.es vont largement contribuer à payer la facture des erreurs de stratégie de la direction qui est en total incapacité à organiser le travail sur le site. Elle tente de nous faire croire en pleurnichant que c’est « la loi du marché ». Derrière cela se pose tout de même la question sur la compétence de nos dirigeants à gérer notre site.
Dans son projet présenté lors de la réunion, la direction souhaiterait imposer 5 jours de congés aux salarié.es la semaine entre Noël et l’An. Pour la CGT DS Smith St Just, pas question d’empêcher les salarié.es qui souhaitent poser des jours durant les fêtes de fin d’année de le faire, mais il est aussi hors de question de leur en imposer. Les salarié.es doivent être libre de prendre leurs jours quand elles et ils en ont besoin pour se reposer. De plus, il faudrait que les salarié.es des PCR (Domino 1 & 2, Masterfold) viennent travailler les samedis matin précédant la fermeture. Une nouvelle fois, c’est du grand MENDEZ !

ENQUÊTE RPS : LA DIRECTION NE DOUTE DE RIEN !

La CGT DS Smith St Just ne peut rester silencieuse suite aux contres vérités concernant la note de notre direction sur l’enquête RPS où se sont glissés quelques propos mensongers.
« La Direction s’associe au CS2E pour mandater le cabinet ISAST afin de réaliser un diagnostic psychosocial au périmètre de l’établissement » : c’est faux ! Contrairement à ce que dit la direction, il ne s’agit pas d’un diagnostic mais bel et bien d’une enquête suite à de nombreux éléments qui depuis plusieurs mois, voire plusieurs années, sont remontés lors des réunions CS2E et qui ne sont jamais pris en compte par la direction. Notamment le taux d’absentéisme qui chaque année augmente un peu plus et dont il y a de bonnes raisons de penser qu’il est intimement lié au climat social délétère voulu par la direction qui ne fait rien pour calmer les ardeurs agressives de certains encadrants.
La direction précise qu’elle « s’est associée au CSE » pour mandater le cabinet ISAST » : c’est à mourir de rire. Là aussi, « c’est un bon mensonge ! ». 

NÉGOCIATIONS À PUTEAUX : DOUCEMENT MAIS SUREMENT ?

Le mardi 15 novembre, des représentants de chaque organisation syndicale ont été reçus au siège DS Smith France afin de commencer les négociations sur les différents thèmes abordés lors de la dernière réunion du 15 septembre, à savoir la GEPP (Gestion des Emplois et des Parcours Professionnel), la pénibilité, la BDESE (Base de Données Economique, Sociale et Environnementale), les classifications etc…
Si les premières négociations portent sur la GEPP et la pénibilité, la FILPAC-CGT DS Smith France pensait qu’en négociant avec des représentants du siège, ces négociations s’effectueraient avec sérieux. Force est de constater que le compte n’y est pas encore !
Fidèle à elle-même, la direction n’a une nouvelle fois pas communiqué les documents en amont. Pour se justifier, toujours la même excuse désuète depuis des lustres : « Toutefois, comme nous vous l’avons précisé à plusieurs reprises, des présentations ne peuvent être envoyées comme cela sans aucune explication. Il est en effet important qu’elles puissent être expliquées et faire l’objet d’un échange préalablement à leur envoi. »

ACCORD PRIME DE PERFORMANCE : LA DIRECTION LE DÉNONCE !

Si la direction l’avait dans un premier annoncé sans avoir pensé à le faire, ce qui prouve que de leur côté les négociations ne sont pas travaillées mais bâclées, la CGT DS Smith Nord-Est vient de recevoir ce jour un courrier recommandé visant à dénoncer notre accord prime de performance.
De mémoire de syndicaliste, c’est la première fois qu’une direction dénonce notre accord Prime de Performance. Cela en dit long sur les intentions de la direction pour tenter d’en finir avec cet accord pour aller encore gratter de l’argent sur le dos des salarié.es. Tout est bon pour faire plaisir à nos actionnaires qui n’en ont jamais assez !
Pour la CGT DS Smith Nord-Est, il est hors de question de baisser les bras et ainsi tomber dans le fatalisme en acceptant que les salarié.es en aient toujours moins à la fin du mois. Si en 2016, la direction, qui n’avait pourtant pas dénoncé l’accord à l’époque, avait réussi à réduire considérablement le montant de la prime de performance, notre organisation syndicale se battra bec et ongle pour maintenir à minima l’accord actuel.
Si la direction de DS Smith Nord-Est pense continuer dans sa cupidité sans avoir de réaction, il faut qu’elle se prépare un mouvement social d’ampleur.

LES SALARIÉ.ES ONT DES DROITS !

Comme à son accoutumé, la direction veut s’affranchir du droit du travail et par la même occasion bafouer ceux des salarié.es. Ces derniers temps, avec l’activité en dent de scie sur le site, la direction tente de passer en force pour changer les salarié.es d’équipe sans pour autant respecter leurs droits et notamment celui du délai de prévenance. Et lorsque la direction essuie un refus, elle joue la menace.
Pourtant, le code du travail est clair, sur le fondement de l’article L.3121-47 du code du travail qui précise qu’à défaut de stipulations dans l'accord mentionné à l'article L. 3121-44, le délai de prévenance des salariés en cas de changement de durée ou d'horaires de travail est fixé à sept jours.
L'employeur qui souhaite modifier la répartition des horaires de travail doit prévenir le salarié en respectant un délai minimum dit délai de prévenance.
Ce délai de prévenance peut être fixé par convention ou accord d'entreprise. Ce délai est d'au moins 3 jours ouvrés. Si le délai de prévenance est inférieur à 7 jours ouvrés, la convention ou l'accord doit prévoir des contreparties pour le salarié (par exemple, une majoration de salaire ou un temps de repos supplémentaire).

ARRÊT DE TRAVAIL : L’EMPLOYEUR PEUT-IL VOUS APPELER ?

Il semblerait que la direction de site n’ait plus de limite dans l’irrespect des droits des salarié.es, pourtant, notre directeur nous clame haut et fort qu’il faut respecter les règles. Mais la CGT DS Smith St Just se pose une question : faut-il respecter toutes les règles ou uniquement celles qui arrangent la direction et on s’arrange avec celle dont elle ne veut pas ?
Revenons au sujet principal, il faut savoir que l’appel d’un.e salarié.e en arrêt de travail reste encadré. Déjà, l’objet de l’appel doit uniquement permettre la poursuite de l’activité de l’entreprise et certainement pas pour avoir des informations sur sa pathologie, le secret médical, ça vous parle ? L’employeur peut demander des renseignements d’ordre purement professionnel au salarié en arrêt de travail. Ces informations doivent être uniquement nécessaires à la poursuite de l’activité de l’entreprise, comme par exemple le mot de passe d’un ordinateur pour pouvoir accéder à des fichiers et des échanges professionnels. 
Il lui est cependant interdit de demander des informations ou de réaliser des actions qui pourraient être considérées comme une prestation de travail.

GRILLE DES SALAIRES AU 1ER NOVEMBRE

Comme vous le savez déjà, la CGT DS Smith St Just, après avoir échangé avec les salarié.es, a fait le choix de ratifier la proposition de la direction France. La CGT DS Smith St Just ne revient pas sur le montant de la prime, mais il est vrai que notre organisation syndicale a pour habitude d’afficher la grille des salaires après chaque augmentation générale des salaires, ce qu’elle n’avait pas encore fait. Voici donc la grille des salaires applicable au 1er novembre 2022.

STRESS ES-TU LÀ ?

Les directions se suivent et certaines se ressemblent. L’avantage pour la CGT DS Smith St Just, c’est qu’elle peut reprendre certains anciens tracts et les afficher de nouveau sans avoir trop de modifications à apporter.
Le STRESS, dû au mal être des salariés au travail, est bien présent, en nous, autour de nous, dans l’ensemble sur notre site. 
Les élu.es CGT DS Smith St Just ont, depuis pas mal de temps, tenté de faire ouvrir les yeux et les oreilles à nos dirigeants en leur expliquant tout le mal être au travail ressenti par la plupart des salarié.es de DS Smith St Just. En vain … 
Une des premières causes de ce STRESS est la baisse constante des effectifs dans la quasi-totalité des services, ce qui se traduit par une charge de travail supplémentaire pour chacune des personnes ainsi exposées. Le turn-over des intérimaires en est en grande partie responsable aussi. Quant à l’activité actuelle liée à une défaillance de gestion, elle n’est pas là pour arranger les choses, mais il va bel et bien ajouter une grande dose de stress supplémentaire !
Autre facteur aggravant du STRESS : la montée en puissance d’une certaine agressivité verbale et comportementale de certains « Managers », souvent grands dans la hiérarchie, que ce soit par les paroles et/ou altercations qui formulent leurs consignes et ordres, que ce soit dans certains de leurs comportements qui dénotent la non considération, voire l’indifférence, envers les salarié.es qu’ils encadrent, refusant ainsi de voir les choses en face sur les vrais problèmes liés au travail actuel. 

 

DÉCLARATION FILPAC-CGT DS SMITH FRANCE.

Les élu.es FILPAC-CGT DS Smith France ont fait le point sur la situation économique et sociale du Groupe.
Certains points ont fortement animé les débats.
La politique sociale de nos groupes obéit désormais aux besoins de la bourse et des actionnaires pour qui rien n’est jamais assez beau. Si la FILPAC-CGT DS Smith France souhaite un raisonnement à moyen et long terme pour la pérennité de nos activités, nos dirigeants fonctionnent sur le cours de la bourse.
Après tout, c’est la loi du marché !
Les opérations de rachat qui ont été opérées cette dernière décennie ont eu un mérite ! Mettre sur le devant de la scène leur savant petit jeu de « mécano ». Pour tous les salarié.es cela a été vendu par la Direction comme des opérations stratégiques de positionnement afin de sécuriser l’emploi !!!  Mais la réalité donne à penser que nous sommes au contraire dans une opération purement et exclusivement comptable, fiscale et financière.
Petit problème : le taux appliqué, prohibitif, est potentiellement constitutif à un acte normal de gestion, au détriment des salarié.es, pire on pourrait considérer que le paiement de cette redevance est un transfert de bénéfices, en clair une manœuvre d’optimisation fiscale. Et qui sont les grands perdants ? Encore et toujours les salarié.es qui créent la richesse de notre entreprise.

MOTION DE SOUTIEN AUX CAMARADES DE CARHAIX.

La FILPAC-CGT DS Smith France dénonce la politique de répression syndicale et de "pression" "chantage" " manipulation" pratiquée par la direction et plus particulièrement par la direction du site DS Smith CARHAIX. Ces pratiques ancestrales venues du moyen âge ne sont pas tolérables !
La FILPAC-CGT DS Smith France rappelle qu’il est de droit pour les salarié.es d’une entreprise de s’organiser en syndicat comme cela est prévu par la loi promulguée sous la IIIe République, le 21 mars 1884, la loi autorisant la création de syndicats, dite « loi Waldeck-Rousseau ». Il est aussi du droit d’un délégué syndical de signer ou non un accord sans pour autant que la direction de site mette tout en œuvre pour obtenir coûte que coûte une signature.
La FILPAC-CGT DS Smith France exige de la direction de l’entreprise DS Smith CARHAIX qu’elle cesse immédiatement sa politique de répression syndicale qui s’apparente à du harcèlement à l’encontre de nos camarades. Cette manière archaïque s’apparente à du harcèlement moral. Pour rappel, l’article L4121-1 et suivant du code du travail l’employeur doit garantir la santé physique et morale des salarié.es, à ce jour, la direction DS Smith CARHAIX est défaillante.

ACCORD PRIME DE PERFORMANCE : Y-A-T-IL DANGER GRAVE ET IMMINENT ?

Comme beaucoup le savent, notre accord prime de performance, dont le contrat est signé pour 3 ans, arrivera à son terme fin 2022. Une première réunion s’est donc tenue ce mercredi 19 octobre 2022. Si la négociation de cet accord en 2019 c’était plutôt bien passé, il n’est pas certain que cette année la direction ne prépare pas un coup fourré pour de nouveau attaquer notre accord Prime de Performance. Et comme à l’accoutumé, la CGT DS Smith Nord-Est n’a pas reçu les documents afin de pouvoir préparer et négocier comme il se doit. La direction nous prend une nouvelle fois pour des imbéciles !
Nous apprenons ce jour, sans pour autant avoir reçu les informations de manière légale et officielle, que la direction aurait dénoncé notre accord PP.
Notre chère direction avait, d’après la présentation reçu le jour de la réunion, la volonté de mettre un critère sur les accidents de travail.

NON AUX RÉQUISITIONS !

LA FILPAC EST AUX COTÉS DES GRÈVISTES DES RAFFINERIES !
Cela fait maintenant plus de 3 semaines que les salariés des raffineries et des dépôts de carburants sont en grève reconductible. Leur bataille exemplaire contre Total Energies et ExxonMobil (Esso) vise à obtenir de véritables augmentations des salaires. Pour rattraper l’inflation, largement supérieure à 6 %, ils exigent que ces deux multinationales partagent les milliards de bénéfices engrangés en augmentant les salaires de 7,5 à 10 %.
Depuis plus de 4 mois, les directions de ces deux groupes refusent toute négociation malgré l’accaparation de profits exorbitants grâce à la crise actuelle. Total Energies, à qui le gouvernement a dû tordre le bras pour obtenir une maigre remise de 20 cts d’euro sur les carburants (remise qu’il refuse toujours d’appliquer dans les six collectivités d'outre-mer), annonce pourtant sans vergogne le versement anticipé de 2,6 milliards d’euros de dividendes à ses actionnaires pour le premier semestre 2022.

ORGANISATION DU TRAVAIL : OÙ EN EST-ON ?

En début de semaine, la confusion était de mise sur le site de St Just. Alors que nous n’en n’avions pas parlé en CS2E du 26 septembre 2022 qui s’était fini le vendredi 30 septembre 2022, voilà que certains « irresponsable » annoncé du 2X8 pour la semaine du 10 au 14 octobre 2022.
Qu’à cela ne tienne, la CGT DS Smith St Just, soucieuse du respect des droits des salarié.es et de leur pouvoir d’achat, avait saisi la direction pour lui rappeler ses devoirs notamment sur l’article L.3121-47 du code du travail qui prévoit un délai de prévenance de 7 jours.
Après quelques échanges de mail, la direction a fini par accorder aux salarié.es qui acceptaient de changer d’équipe le maintient des paniers de nuit. Pour la CGT DS Smith St Just il était important de faire respecter les droits des salarié.es comme elle l’a toujours.
Pourtant, voilà que nous avons été convoqués à une réunion de CS2E extraordinaire le 7 octobre 2022.
Durant cette réunion, après une déclaration des élu.es CGT DS Smith St Just, la direction a fait état des difficultés d’organisation du travail, comme si la CGT DS Smith St Just ne l’avait pas remarqué. 

 

ENQUÊTE SUR LES RPS : VOTÉE À L’UNANIMITÉ !

La Direction de site nous entend peut-être mais force est de constater qu’elle ne comprend rien. Peu de réponses aux diverses questions posées lors des réunions de site « On y travaille, on y réfléchi, on revient vers vous… ». Les abus de réflexion sont souvent prétexte pour ne pas agir. On nous mène en bateau, au lieu de mettre en place des investissements minimums. Plus de maintenance et plus de programme préventif etc... Et les salarié.es dans tout cela !! Inexistant pour l’ensemble de nos dirigeants ! Les salarié.es ne sont que des consommables ! Les départs « volontaires », en nous disant que les salarié.es souhaitent voir si l’herbe est plus verte ailleurs ! Foutaise, mensonges ! Les salarié.es en ont ras le bol de tant d’efforts fournis pour rien. Peu d’embauche, Pas de communication, Répartition des tâches pour ceux qui restent ! Un grand flou artistique, et encore une fois, on nous cache un maximum d’information. Elle est belle la transparence de notre direction !

Et la sécurité dans tout cela, les accidents se multiplient, l’absentéisme s’envole, maladie, les salarié.es sont à bouts ! L’objectifs est-il de démotiver l’ensemble du personnel ? Si oui à quelle fin ?

 

DÉCLARATION AU CS2E DU 7 OCTOBRE 2022.

Monsieur le Président du CS2E, depuis le début de la semaine, votre encadrement enchaine les conneries. Enfin depuis le début de la semaine oui, mais de quelle année, les élu.es CGT DS Smith St Just ne savent même plus. Nous vous avons écrit car il y avait un non-respect du droit des salarié.es et plus précisément que l’article L.3121-47 du code du travail.
Après un échange téléphonique, vous avez accordé une contrepartie, à savoir le maintien des paniers de nuit. Certes ce n’est pas un cadeau que vous faites mais bien un juste retour aux salarié.es qui prennent en pleine face la cupidité de certains de nos dirigeants. Et ce n’est pas le fantôme qui nous sert de directeur de cluster qui va améliorer les choses. Il nous coûte bien cher par rapport à ce qu’il nous rapporte.
Pourtant, force est de constater que la machine s’est emballée et nous sommes là en CS2E extraordinaire. Pourquoi en sommes-nous arrivés là, vous êtes-vous posé la question Monsieur le Président. Les élu.es CGT DS Smith St Just ont des éléments de réponses.
Déjà la façon d’agir de certains encadrants, pour rappel, le responsable transformation a exigé d’un salarié qu’il change d’équipe, ce dernier ayant refusé car averti le jeudi pour le lundi, il lui a été répondu « si tu ne veux pas travailler, reste chez toi ». Ce même Monsieur qui se cache pour piéger les salarié.es. S’il n’y a rien de mieux à faire, il peut toujours venir faire le sol dans les locaux sociaux, cela l’occupera sainement.

RESPECTONS LES RÈGLES !

La direction aime imposer des règles dans l’entreprise, mais adore par-dessus tout s’affranchir de celles qui dérangent. Une fois de plus, la direction va bafouer les droits des salarié.es du site de St Just en toute décontraction. Après tout faite ce que je dis, pas ce que je fais. Encore aurait-il fallu que notre direction fasse quelque chose !
Rappelons le contexte : depuis un an et demi, nous savions que nous allions perdre le client AMAZON suite à des décisions prises dans les hautes sphères de DS Smith. Malgré cela, la direction du site n’a pas fait grand-chose pour palier à cette perte. Encore faudrait-il que notre direction ait un pouvoir de décision, c’est loin d’être prouvé. Mieux encore, l’organisation du cluster qui nous coûte un bras n’a pas fait plus pour alimenter le site de St Just en commandes. Quand au siège, il est aux abonnés absents. Mais que les salarié.es se rassurent, il est toujours présent pour ponctionner la richesse sur notre site en frais de groupe !
Pourtant, la direction voudrait s’affranchir de certaines règles pour faire payer le plus lourd tribut aux salarié.es de notre site, il ne se foutrait pas un peu de nous des fois ? On nous plume sur nos jours, nos revenus et sur nos droits !
Une fois de plus, certains salarié.es vont devoir changer d’équipe. Pourtant, la direction a omis de préciser qu’un.e salarié.e est en droit de refuser si la direction ne respecte pas un délai de prévenance de 7 jours. L’article L.3121-47 du code du travail précise qu’à défaut de stipulations dans l'accord mentionné à l'article L. 3121-44, le délai de prévenance des salariés en cas de changement de durée ou d'horaires de travail est fixé à sept jours. L'employeur qui souhaite modifier la répartition des horaires de travail doit prévenir le salarié en respectant un délai minimum dit délai de prévenance. 

LICENCIEMENT CHEZ DS SMITH : LA PIRE DES DIRECTIONS JAMAIS EU !

La CGT DS Smith St Just vous informe que la direction, pour des raisons qui ne s’explique pas, a fait le choix de licencier notre collègue Jérémie SUAREZ, ingénieur en Amélioration Continue qui est aussi porteur du projet DS Smith WAY sur le site de St Just. Pourtant, Jérémie SUAREZ est connu et reconnu par ses pairs pour son travail et son implication. Notre site de St Just étant même devenu une référence pour le groupe sur le DS Smith WAY. Comme quoi, en son temps, la CGT DS Smith St Just avait raison de douter des intentions notre direction sur le DS Smith WAY. La preuve en est, elle n’hésite pas à licencier la seule personne en charge du projet et qui l’a porté à bout de bras.
Durant son entretien il a fait le choix d’être accompagné. Les reproches faits sont totalement farfelus et dénués de bon sens. Pour la CGT DS Smith St Just, Jérémie SUAREZ va servir de fusible au directeur des opérations comme l’a été en son temps le responsable de la maintenance. De plus, il devait trop dialoguer avec les salarié.es, et notamment les ouvrier.es, pour une direction qui a une préférence assumée pour les « matraqueurs assermenté » plutôt que des personnes qui vont tenter d’améliorer les efficiences et les productivités par le dialogue.
La CGT DS Smith St Just ne peut accepter qu’un.e salarié.e serve de bouc émissaire aux manquements de la direction.

ACCORD SALARIALE : LA CGT DS SMITH ST JUST SIGNE !

Après avoir longuement échangé lors de visioconférences avec l’ensemble des sites mais aussi et surtout avec les salarié.es de St Just, la CGT DS Smith St Just a fait le choix de ratifier la proposition de la direction pour plusieurs raisons.
Dans un premier temps, ce qui est pris n’est plus à prendre. Les 3% d’AG, même s’ils sont qu’une avance sur l’inflation 2022, seront d’ores et déjà dans la poche des salarié.es, il n’y aura pas à attendre le 1er mai 2023. En ce qui concerne la « prime énergie » (prime Macron), la direction a fait une dernière concession dans le calcul de l’attribution suite à nos demandes. Dans un courrier adressé aux organisations syndicales, elle confirme l’exclusion des heures supplémentaires ainsi que les sommes liées à la participation et l’intéressement (payées ou investies) du calcul de la rémunération brute totale annuelle. Cela va permettre de toucher un peu plus de salarié.es.
Concernant cette prime, certes, c’est moins que 2021, mais il ne faut pas ignorer que le « roi Macron » fait des annonces de "politicard paumé" ! Tout le monde peut faire des annonces, encore faut-il s’assurer qu’elles soient applicables, car sur ces dernières années, c’est à peine plus de 20% des salarié.es en France qui l’ont touché pour un montant moyen de 506€ !

ACTIVITÉ DU SITE : UNE DIRECTION HORS NORME !

Le 22 septembre 2022 s’est tenue une nouvelle réunion de CS2E extraordinaire pour évoquer la charge avec la perte du dossier AMAZON. Une fois de plus, les élu.es n’ont pas reçu les documents en avance permettant d’émettre un avis éclairé. Pire encore, la direction n’a toujours pas apporté de réponses aux questions légitimes et connues depuis le 22 août dernier.
Allons droit au but, l’objectif de notre direction étant de fermer des journées afin de limiter l’impact du manque de volumes sur ses résultats, rien de plus. La direction, qui a ce jour est aux abois, ne voit que ses comptes pour essayer de sauver les places de certains dirigeants du site, car au final, la direction se moque totalement du site de St Just. En tout cas, c’est le ressenti des élu.es CGT DS Smith St Just. Jamais de mémoire d’élu.es, nous n’avons eu de présentation aussi pitoyable, jamais nos experts n’ont eu autant de mal à avoir les éléments. Il ne faut donc pas que la direction s’étonne que les l’ensemble des élu.es lui fassent front !
Au final, la direction voulait fermer les services périphériques avec quelques astreintes et laisser la transformation, les onduleuses et l’expédition travailler le 30 septembre. Pour le 14 et le 30 octobre, fermeture totale sauf pour les découpes à plat, les PCR et l’expédition. Plus d’autres jours en novembre et en décembre.

L’INFLATION À 5,9% À FIN AOÛT.

Nous avons eu 3,2% d’augmentation de salaire pour cette année et nous avions prévenu la direction que nous devrions revenir à la table des négociations si l’indice INSEE augmentait fortement. La direction n’a pas voulu mettre dans l’accord une clause de revoyure.

  • Comme nous pouvions le redouter, l’inflation est bien là et pour longtemps. Les prix s’envolent concernant la santé, l’énergie, les carburants, les transports, le logement, les produits alimentaires frais et de bonne qualité, les frais scolaires etc… et ce de façon permanente, au point que les salariés doivent arbitrer entre les dépenses, et reporter des soins coûteux ou l’accès à un logement satisfaisant, ou se chauffer par exemple.
  • La décision prise par l’union européenne de mettre un embargo sur le pétrole russe à cause de la guerre en Ukraine aura forcément un impact sur le prix du carburant pouvant durablement dépasser les 2€ le litre sans les remises de l’état, remise que les générations futures vont devoir payer !
  • Les hausses de matières premières que nous constatons depuis des mois aura là aussi des répercussions sur le prix de nombreux produits vendus dans la grande distribution et nous en constatons tous l’augmentation.
  • En ce qui concerne l’énergie notre gouvernement a décidé de bloquer les augmentations du gaz et d’électricité à 4% jusqu’à la fin de l’année. Qu’en sera-t-il pour 2023 ? selon certains économistes un foyer utilisant le gaz pour se nourrir et se chauffer cumuler à l’électricité pourrait avoir une augmentation de sa facture de plus de 500€ sur un an.

LE HARCÈLEMENT ET LE SEXISME : QUE DIT LA LOI ?

Une nouvelle fois, une salariée de l’entreprise a été victime de propos dégradant à son encontre dans les toilettes situées entre les petits intégrés et l’onduleuse 1. Ces propos sont considérés à connotation sexuelle et c’est répréhensible par la loi. Si l’étau se resserre autour du ou des auteurs de ces faits, la CGT DS Smith St Just condamne avec la plus grande fermeté ces propos et y note aussi un manque total de courage du ou des auteurs. La preuve, ces auteurs tentent vainement de se cacher et n’assument pas leurs écrits vis-à-vis de la victime ! Pourquoi ne pas aller lui dire en face ?
La CGT DS Smith St Just rappelle que cette personne risque dans un premier temps un licenciement pour ces faits, mais au-delà du licenciement, des poursuites pénales peuvent être envisagées. La loi est très claire sur le sujet et voici les risques encourus par le présumé harceleur :
Article 222-33 du code pénal :

ARNAQUES AU CPF : COMMENT S'EN PRÉMUNIR ?

Depuis 2019, plus de 15 000 comptes auraient été victimes de fraude selon la Caisse des Dépôts.
Vous avez peut-être reçu récemment un appel ou un SMS de personnes prétendant travailler pour la plateforme « Mon compte formation », Pôle emploi ou un organisme de formation.
Le but de ces arnaques ?
Obtenir des données personnelles telles que votre numéro de Sécurité sociale pour vous inscrire (dans votre dos) à de fausses formations organisées par des organismes frauduleux et siphonner vos crédits.
Pour ne pas vous faire avoir, ne communiquez jamais par email ou téléphone votre numéro de Sécurité sociale, le mot de passe de votre compte CPF ou même l'adresse mail utilisée pour créer votre compte.
Mais la manne financière du CPF intéresse aussi les employeurs !
Chaque année, ceux-ci doivent financer des formations obligatoires pour leurs salariés.
Par exemple, hygiène et sécurité en cuisine pour un cuisinier.
Or certaines entreprises tentent de faire financer ces formations par leurs salariés.
Elles leur demandent d'utiliser leur CPF pour ces formations obligatoires, voire créent elles-mêmes l'espace personnel de leurs salarié.es pour mieux pouvoir se servir. Pour éviter cela, il vaut mieux créer votre espace formation vous-même.
La CGT déplore la mise en place de l'utilisation du CPF via le smartphone car le salarié se retrouve seul face à une jungle d'offres de formation dont les prix et la qualité sont très variables.

 

ACTIVITÉ DU SITE : LA DIRECTION SE MOQUE DE NOUS !

Le 24 août s’est tenue une réunion de CS2E extraordinaire pour évoquer la charge avec la perte du dossier AMAZON, les développements de la charge mais aussi et surtout une information – consultation du CS2E « relative à l’activité prévisionnelle du site et son organisation jusque fin décembre 2022. » Cette même direction qui nous a fait travailler le 15 juillet dernier aurait-elle enfin le sens de l’organisation ? Un miracle se serait-il produit durant l’été ? 
Allons droit au but, l’objectif de notre direction étant de fermer des journées afin de limiter l’impact du manque de volumes sur nos résultats. Une fois de plus, la stratégie était de faire payer aux salarié.es une forte contribution des manquements de notre direction en se servant d’eux comme variable d’ajustement. Quelle honte ! Enfin bon, pour une fois il y a une stratégie, encore qu’il serait préférable que la direction ait plutôt une stratégie commerciale !
Il y a des alternatives possibles pour éviter de prendre à nouveau des RTT aux salarié.es ou d’aller, dans des cas extrêmes, jusqu’au chômage partiel. D’ailleurs, la CGT DS Smith St Just n’a pas manqué de les rappeler
Déjà, nous pourrions, en vue de l’état de notre parc machines, se servir de ces journées pour remettre en état nos machines, encore faudrait-il que les pièces soient réellement commandées, et de faire un nettoyage complet de l’ensemble de l’atelier. Mais non, le seul objectif de la direction est d’améliorer ses comptes, pas de remettre les machines en état malgré le projet qu’elle tente de nous faire gober.

 

C’EST QUAND LE BON MOMENT POUR AUGMENTER LES SALAIRES ?

Si on écoute les patrons, ce n’est JAMAIS le bon moment pour augmenter les salaires. Même quand les signaux sont aux verts. En mai 1968, par exemple, les syndicats patronaux criaient à la catastrophe alors que le mouvement de grève avait réussi à arracher des hausses de salaires... Résultat : l’économie française ne s’est pas écroulée. Cette hausse avait même stimulé l’économie et l’emploi.
DES SIGNAUX ÉCONOMIQUES ENCOURAGEANTS...
Aujourd’hui, l’argument de la crise sanitaire et les incertitudes qu’elle engendre est rattrapé par une courbe de croissance encourageante. Elle devrait atteindre 6 % selon les estimations de l’INSEE. Et si de nombreuses entreprises ont été fragilisées par la crise, elles se portent globalement plutôt mieux. Au second trimestre, leur taux de marge a atteint 35,4 %, selon l’INSEE. Un record depuis 70 ans ! Quant aux entreprises du CAC 40, elles ont réalisé plus de 60 milliards d’euros de profits au premier semestre. C’est 41 % de plus que lors de la même période en 2019. Ces signaux encourageants vont-ils se répercuter sur les salaires ? Rien n’est moins sûr...

MAIS QUI TARDENT À RÉPERCUTER SUR LES SALAIRES ?
Même dans les entreprises qui ont vu leur chiffre d’affaires progresser, les actionnaires sont passés avant les revalorisations salariales. La direction d’Amazon France, dont le chiffre d’affaires européen a bondi de 38 % l’an dernier, a accordé 2 % d’augmentation générale de salaire (tout en diminuant le montant des primes). Quant au groupe Carrefour, il a plafonné ses propositions d’augmentation générale à 0,5 % alors qu’il avait enregistré ses « meilleurs résultats » depuis 20 ans.

 

L’IMPORTANCE DES MOTS : LE COLLABORATEUR ÉPISODE 2 !

Nom masculin, du bas latin COLLABORARE, qui se décompose en CO (avec) et LABORARE (travailler).
Féminin : collaboratrice
Définition : 1 Celui qui travaille de concert avec un ou plusieurs autres à une œuvre commune. 2. Ce qui aide, ce qui intervient dans l’obtention d'un résultat. 3. Personne qui collabore avec un ennemi.
Heureux travailleurs travailleuses salarié.es qui, par la grâce de la novlangue* managériale, sommes devenus des collaborateurs ! La mutation sémantique ne date pas tout à fait d’hier, mais elle a désormais envahi la communication des entreprises. Le terme de « salarié.e » renvoie au concept de subordination que la Cour de Cassation a défini depuis 1996 comme « d’un travail sous l'autorité d'un employeur qui a le pouvoir de donner des ordres et des directives, d'en contrôler l'exécution et de sanctionner les manquements du subordonné ».
Une définition que les entreprises de la nouvelle économie comme les plateformes numériques voudraient bien voir effacée du langage et du droit. Car elle leur a encore récemment été opposée dans quelques retentissent jugements qui requalifient les pseudos travailleurs travailleuses indépendants (livreurs ou chauffeurs) en salarié.es. Dans la réalité donc le contrat de travail impose que le ou la salarié.e doive obéissance à son supérieur hiérarchique. Naguère qualifiés de « subordonnés » les salarié.es sont désormais « collaborateurs ». Mais, employeur et employé restent bien dans une relation de subordination, caractérisée par le devoir d'obéissance du second vis-à-vis du premier.

AUGMENTER LES SALAIRES, ÇA FREINE LA COMPÉTITIVITÉ ?

Le saviez-vous ? Il existerait un théorème de la compétitivité selon lequel le seul moyen de préserver ou de gagner des parts de marché serait de limiter, voir baisser, les salaires. Cette croyance s’appuie sur le constat suivant : là où les coûts salariaux unitaires ont le plus augmenté, la compétitivité s’est dégradée. Dans cette logique, les baisser permettrait de retrouver de la compétitivité. 
BAISSER LE PRIX DU TRAVAIL N’EST PAS LA BONNE SOLUTION !
La recette est-elle efficace ? Depuis 2013, le dispositif du CICE (Crédit Impôt Compétitivité et Emploi) a coûté plus de 110 milliards d’euros au profit des activités tertiaires majoritairement, peu soumises à la concurrence internationale. Les industries manufacturières directement exposées à la concurrence internationale et aux menaces de délocalisation ont peu profité des dispositifs. Le CICE a donc surtout permis aux entreprises de rétablir leurs marges de l’aveu même d’un rapport de l’OFCE, le centre de recherche économique de sciences Po. Déjà dans un rapport sur la compétitivité daté de 2010, la Commission européenne reconnaissait que les « coûts » salariaux ne peuvent être la cause de la dégradation de la balance commerciale. D’autres études d’économistes du FMI, de la Banque de France confirment l’absence de corrélation entre salaires et compétitivité.

ORGANISATION DU 15 JUILLET : LA DIRECTION TOUCHE LE FOND !

La CGT DS Smith St Just pensait avoir tout vu en matière de désorganisation chez DS Smith, force est de constater que non. La direction s’améliore de jour en jour. Le problème est qu’elle s’améliore en matière de désorganisation. Reste à savoir jusqu’où ira la direction dans ce domaine.
Alors qu’elle avait prévu de faire le pont sur l’intégralité de l’usine, notre direction a fait du rétropédalage en nous annonçant lors du CS2E extraordinaire du 21 juin dernier que les machines suivantes tourneraient : 616, 718, 922, 2102, 2101 et TANABE. Le tout, pour faire de la sous-traitance et aider nos collègues des autres sites qui sont saturés, notamment dans l’Ouest sur Carhaix et Nantes-Atlantique.
Au final pas de 922, de dernière minute, plus de TANABE. Quand au reste des machines programmées, l’organisation a été plus que catastrophique. Le 718 a connu plus de 2h de rupture dès le matin, le 616 1h de rupture le matin et à peine 10000 plaques pour la nuit, la 2102 s’est retrouvée en rupture à 10h00 du matin et n’a redémarré qu’à 13h00. 

DEMANDE DE CONGÉS PAYÉS : LE SILENCE DE L’EMPLOYEUR VAUT ACCEPTATION

L'absence de réponse de l'employeur à une demande de congés équivaut à un accord, sauf lorsqu'il existe une règle explicite au sein de l'entreprise imposant son autorisation expresse. Une règle opportunément rappelée par les juges à l'approche de l'été.
Bon nombre d'entreprises ont aujourd'hui recours à des logiciels pour gérer les congés payés. Pour poser des jours, le salarié se connecte à un planning partagé puis effectue sa demande en indiquant les dates souhaitées ; à charge ensuite pour l'employeur de les valider ou non. La procédure est parfois plus incertaine au sein des petites entreprises, faute de règles clairement établies : le salarié envoie sa demande par mail, sms, voire même l'exprime oralement.
Quel que soit le mode de fonctionnement choisi, une question revient fréquemment à l'approche des congés d'été : que faire lorsque l'employeur ne réagit pas à une demande ? Comment interpréter son silence ? La Cour de cassation vient d'apporter une réponse dans un arrêt du 6 avril 2022 (n° 20-22055).
L'autorisation de l'employeur nécessaire.
Lorsqu'il existe, au sein de l'entreprise, une règle imposant l'obligation d'obtenir d'une autorisation expresse de l'employeur avant tout départ en congés, le salarié ne peut s'absenter sans disposer de cette autorisation préalable. Cette règle doit toutefois être posée de manière explicite ; par exemple dans un accord collectif ou dans une note de service.

 

FACE À L’ÉVOLUTION DE L‘INFLATION, L’AUGMENTATION DES SALAIRES EST UNE PRIORITÉ ABSOLUE.

La CGT DS Smith St Just aurait pu être satisfaite cette année, d’une augmentation générale des salaires de 3,2 %. Une hausse pas connue depuis au moins 20 ans. Mais c’était sans compter sur une inflation galopante depuis 2021.
Lors des NAO, la CGT DS Smith St Just avait été prudente en demandant un accord incluant une clause de revoyure.  Proposition balayée d’un revers de main par la direction. D’où la non signature d’un accord NAO par notre organisation syndicale.
La situation actuelle de l’inflation est de :

  • 3,5 % depuis le début de l’année (0,3% en janvier, 0,8% en février, 1,4% en mars, 0,4% en avril et 0,6% en mai).
  • 5,2 % sur un an à fin mai avec une projection à plus de 5,8% à fin juin et plus de 8% à fin décembre.

Cette inflation a un impact sur notre pouvoir d’achat et cela risque de durer dans le temps. Certains experts prévoient même une évolution de l’inflation jusqu’en…2024.

LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX (RPS)

Les RPS sont des risques liés à l’organisation du travail. Ils mettent en jeu la relation du salarié avec autrui : hiérarchie, collègues, clients… Ils se traduisent par des troubles psychosociaux (TPS) ou symptômes d’atteinte à la santé mentale. Les pratiques addictives en font partie. Il n’y a pas de solution simple face aux RPS, une approche collective est donc nécessaire pour intervenir dans ce domaine. Les RPS sont plurifactoriels, leurs déterminants sont multiples et renvoient à la fois à la vie professionnelle et non professionnelle. Le fait que la vie privée puisse influer n’exonère pas l’employeur de rechercher si la situation de travail de la victime n’a pas exercé un rôle.
Pour cerner les situations, il faut analyser les contraintes professionnelles et comprendre ce qui fait sens au niveau collectif. Un cas isolé de souffrance constitue un indicateur d’alerte car une même situation de travail entraîne des réactions individuelles différentes. D’ailleurs, rien ne prouve que le premier cas ne sera pas suivi d’autres.
Définition des risques psychosociaux : les RPS sont des risques « invisibles » : ils sont sans relation directe avec les dangers matériels (outils, équipements, produits, etc.) et trouvent leur origine dans l’organisation du travail. Ils résultent de la confrontation entre, d’une part, les attentes du salarié et, d’autre part, les exigences de sa situation de travail. Ainsi, les RPS regroupent les risques issus de l’interaction entre l’individu, son activité professionnelle et la relation aux autres.

 

DÉCLARATION FILPAC-CGT DS SMITH FRANCE.

Les élu.es FILPAC-CGT DS Smith France ont fait le point sur la situation économique et sociale du Groupe.
Trois points ont fortement animé les débats.
Les salaires : les NAO 2022 ont été globalement abordées, discutées, voire partiellement conclues. En effet, il faut noter que beaucoup ont été signées faute de mieux et dans certains sites, ce sont des PV de désaccord. Malgré les demandes sur de nombreux sites, les directions locales, sous contrôle de la direction générale, ont réfuté le principe d’une clause de « revoyure ». La FILPAC-CGT DS Smith France affirme que les négociations ne sont pas terminées, et que la direction générale doit répondre à deux objectifs : la couverture totale de l’inflation et la revalorisation réelle et sérieuse de tous les salaires de base.
Faits et méfaits « légaux » de la gestion financière de DS Smith :
La FILPAC-CGT DS Smith France constate que l’optimisation fiscale à outrance, via les frais de groupe, managements FEES et autres stratagèmes divers, impactent les résultats des sites en pillant la richesse crée par les salarié.es, empêchant ou minorant le versement de Participation.

LES 10 BONNES RAISONS DE SE SYNDIQUER À LA CGT DE VOTRE SITE

  1. La CGT est, depuis plusieurs années, la première organisation syndicale du groupe DS Smith France où elle a rassemblé 47,15% des suffrages exprimés aux dernières élections professionnelles.
  2. La CGT représente le personnel de l’ensemble des catégories sociaux professionnelles, de l’ouvrier au cadre en passant par les agents de maitrise. La CGT syndique l’ensemble du personnel quels que soient le corps, la catégorie ou le statut.
  3. La CGT est implantée dans de nombreux sites du groupe DS Smith. Cela lui permet d’avoir une vision d’ensemble du groupe et de prévenir des mauvais coups du patronat.
  4. La CGT est un syndicat de proximité, ce sont des collègues que vous connaissez, présent.es dans les services avec vous au quotidien, visibles, disponibles et tenaces, vers qui vous pouvez vous tourner pour un conseil, une demande, une défense individuelle ou collective. En s’appuyant sur votre mobilisation, elles et ils portent vos préoccupations, vos questions et vos revendications pour obtenir satisfaction.
  5. La CGT assure la défense des salarié.es et la solidarité entre elles et eux. La CGT combat les divisions et toutes les formes de discriminations. La CGT défend les libertés syndicales et combat toute restriction des libertés démocratiques ou d’expression.

A QUOI JOUE LA DIRECTION ?

Le couperet est tombé, alors que beaucoup de salarié.es attendaient depuis plus de 2 ans, la direction les a encore pris pour « des cons » !
Mais quels ont été les critères retenus pour attribuer les coefficients, est-ce la parodie d’évaluation qui a pris des mois ?
Pour la CGT DS Smith St Just il y a fort à parier que cela s’apparente à du déni de « sale gueule ». En tout état de cause, si la direction voulait plomber encore plus le climat social, elle ne pouvait s’y prendre mieux. Par son attitude, à ne pas requalifier les coefficients des salarié.es qui en faisant tourner nos machines enrichissent le groupe DS Smith, elle démontre tout le mépris qu’elle a envers eux.

AFFAIRE 35H, LA POSITION CGT.

L’affaire avait débuté en 2007 à Kunheim avec l’ancien délégué syndical central CGT. Il avait déposé un dossier au tribunal sur le mode de calcul des bilans RTT. Après avoir passé avec succès les étapes du prudhomme, de la cour d’appel et de la cour de cassation, la CGT DS Smith Kunheim avait introduit les dossiers d’un bon nombre de salarié.es. Là aussi, beaucoup d’étapes ayant été franchi avec succès, la CGT DS Smith St Just en a fait de même pour un peu plus d’une trentaine de salarié.es.
Malheureusement, les dossiers St Just n’ont pas connu la même issue au prudhomme de Beauvais. Qu’à cela ne tienne, les dossiers ont été déposés à la cour d’appel d’Amiens.
Force de constater que la machine s’est emballée et la cour de cassation d’Alsace a décidé de renvoyer une partie des dossiers de Kunheim vers la cour d’appel de Metz pour les rejuger. Une partie des salarié.es de Kunheim a donc touché son dû car la cour de cassation a validé le jugement, l’autre partie devra donc attendre le délibéré de la cour d’appel de Metz qui devrait arriver fin juin.
Au vu de la décision de la cour de cassation et l’arrivée tardive du délibéré de la cour d’appel de Metz, la CGT DS Smith St Just a fait le choix de retirer les dossiers de la cour d’appel d’Amiens. Depuis le début de cette affaire, même si elle fait couler beaucoup d’encre, la CGT DS Smith St Just avait toujours fait le choix de la prudence, c’est donc avec des décisions favorables en Alsace que toutes les décisions avaient été prises d’ester en justice à St Just.

DÉCLARATION DES ÉLU.ES CGT DS SMITH ST JUST AU CS2E DU 23-05-22

Monsieur le Président,

Les élu.es CGT DS Smith St Just constatent que les conducteurs de machines sont, forts heureusement, impliqués dans leur travail et la bonne tenue de leurs machines. Les élu.es CGT DS Smith St Just constatent que le parc machine part à la dérive malgré quelques travaux effectués, mais nous ne le savons que trop bien, la maintenance ne peut pas être partout en même temps et le peu de personnel qui reste fait de son mieux et accepte beaucoup de chose comme les changements de régime, changement pour lequel le CS2E n’est par ailleurs ni informé, ni consulté.
Au final, la productivité ne doit son salut qu’à la seule implication des salarié.es de production, car côté direction, c’est le néant le plus total !
Mais que compte réellement faire la direction, car les salarié.es en ont plus que marre de travailler dans de telles conditions avec des machines qui fonctionnent la quasi-totalité du temps en mode dégradé. Et il en est de même dans les services périphériques où les conditions de travail, comme dans les ateliers, se dégradent de plus en plus, faire toujours plus avec moins de personnel, le POWER OF LESS est bien appliqué.

COMME ON EST BIEN CHEZ DS SMITH !

La direction s’égosille à nous répéter sans cesse que les salarié.es sont bien chez DS Smith, qu’il y fait bon vivre, que l’herbe n’est pas plus verte ailleurs, que beaucoup rêvent de venir travailler chez nous (dommage qu’ils ne restent pas, cela nous éviterait de former sans cesse). En gros, bienvenue dans le monde des « bisounours » ! Grosso modo, la direction nous dépeint un monde idyllique où les salarié.es seraient au cœur des préoccupations de la direction, ce que la CGT DS Smith St Just appelle le décor, oui, la direction nous plante un joli décor.
Mais regardons l’envers du décor, car derrière cet « univers paradisiaque » se cache une réalité bien moins glorieuse.
Commençons par les salaires, outre le fait que beaucoup de salarié.es attendent une revalorisation bien méritée de leur coefficient, il reste un écart plutôt considérable sur les salaires de base entre DS Smith et certains confrères. Plus concrètement, à y regarder les salaires de base, la moyenne chez nos confrères pour un 160 est 1996,47€ brut contre 1876,75€ brut chez DS Smith et pour un 170, 2149,93€ contre 1976,14€ brut chez DS Smith. Sans compter le peu de considération pour les salarié.es qui sont polyvalents avec de réels savoirs et savoirs-faires. 

COURRIER DE L'INTERSYNDICALE DE MAI 2022

Monsieur le Président,
Nous faisons suite au courrier de Monsieur CROISIER daté du 18 mars dernier, suite au courrier de l’intersyndicale qui à l’origine vous était destiné, il nous paraît regrettable que ce soit le DRH Groupe qui nous réponde.
Pour commencer, nous souhaitons tout de même rappeler que les mesures mises en place en 2021 l’ont été car les salarié.es se sont mobibilisé.es pour les obtenir, ce n’est certainement pas de plein gré que DS Smith les a concédées. Quant aux investissements, ce n’est pas un cadeau que vous nous faites mais une nécessité pour continuer à être productif et rentable en France.
L’intersyndicale peut aisément se rendre compte que le marché du Packaging est en forte croissance, avec des facteurs positifs que sont le e-commerce et le remplacement du plastique. D’ailleurs, DS Smith croit en l'avenir car il investit dans des projets de croissance (2 MEGA-PLAN). DS Smith a des sites et des parts de marché très solides en carton sur la France, le marché étant réparti entre un nombre limité de concurrents. De plus, les activités françaises de DS Smith ont une capacité bénéficiaire importante, pour rappel, le groupe a dégagé plus de 400M€ d'EBITDA en France sur les 4 dernières années (pour environ 40M€ d'investissements annuel), elles ont permis de remonter 150M€ au groupe. Force est de constater aussi qu’il n’y a pas de mesures d'économies sur les frais de groupe qui augmentent d'année en année et représentent près de 50M€ en 20/21. Il y a aussi la reprise des dividendes du groupe DS Smith en 20/21 à un niveau élevé (186M€ soit 90% du résultat net). Enfin, l’exercice 2021/22 est un exercice assez atypique de bas de cycle, vous ne le savez que trop bien, les résultats vont s’améliorer en 2022/23 après avoir passé les hausses de prix chez les clients.
DS Smith est donc un groupe solide, rentable sur un marché de l’emballage en croissance (économie circulaire/ remplacement du plastique, etc.…). Reste à discuter du partage des richesses crées.

COEFFICIENTS : ÇA SENT L’ARNAQUE À PLEIN NEZ !

Après plus de deux années à faire des demandes répétées, la direction, suite à l’évaluation des compétences, se décide enfin à revoir les coefficients en transformation et aux onduleuses, reste à savoir qui et combien.
Malheureusement, vue la présentation faite lors du dernier CS2E du 25 avril dernier, la CGT DS Smith St Just est prête à parier que beaucoup de salarié.es vont être fortement déçu.es.
Pour les onduleuses, la direction devrait revoir les coefficients de 8 salarié.es et transformation, ce sera 9 salarié.es.
Quand on regarde la cartographie de la transformation, 9 salarié.es qui auront un coefficient supérieur cela représente en moyenne 3 salarié.es par équipe, soit même pas un tiers des salarié.es en attentes par équipe, c’est peu, très peu, trop peu. Le constat est similaire sur les onduleuses !
Pourtant, les salarié.es qui ne seront pas augmenter font bien le travail. La plupart d’entre eux conduisent des machines avec des conditions de travail dégradés, changement régulier de personnel, formation des nouveaux entrant etc… La direction pense que certains n’ont pas le niveau de compétence pour obtenir le coefficient supérieur mais elle n’hésite à demander à ces mêmes salarié.es de former, cherchez l’erreur !

ACCIDENT DE TRAVAIL : CE QU’IL FAUT SAVOIR !

Lorsqu’un ou une salarié.e est victime d’un accident de travail, il y a des démarches à faire, celles-ci sont obligatoires pour la reconnaissance de la victime. Mais quelles sont-elles ? les connaissez-vous ?

Démarche du ou de la salarié.e : vous devez le déclarer auprès de l’employeur et faire constater vos blessures par un médecin. Ces démarches vous permettent de bénéficier de la prise en charge à 100 % des frais médicaux liés à l'accident. L’employeur doit déclarer l'accident à la caisse primaire d'assurance maladie (CPAM) dont vous dépendez. Cette démarche doit être faite dans la journée où s'est produit l'accident ou au plus tard dans les 24 heures. Ce délai ne court pas en cas de force majeure ou d'impossibilité absolue ou de motif légitime (exemple : en cas d'hospitalisation). Attention, si l'information ne peut pas être faite sur le lieu de l'accident, elle doit être adressée par lettre recommandée.
Démarches de l'employeur : c'est à l'employeur qu'il revient de déclarer l’accident à votre CPAM dans les 48 heures (dimanches et jours fériés non compris). Il peut formuler des remarques argumentées sur le caractère professionnel ou non de l'accident. Toutefois, si vous constatez que votre employeur n'a pas accompli cette démarche, vous pouvez déclarer vous-même l'accident à votre CPAM dans les 2 ans. La CPAM vous informe par courrier de la réception de la déclaration d'accident. À savoir, l'absence de déclaration ou une déclaration hors délai est passible d'une amende (au maximum de 750 € pour une personne physique ou de 3 750 € pour une personne morale). L'employeur doit également vous remettre une feuille d'accident (CERFA N°S6201). Vous devez la présenter systématiquement (hôpital, pharmacie) pour bénéficier du tiers payant. Les frais médicaux liés à l'accident du travail sont remboursés à 100 % sans avance de frais.

GROSSESSE ET EMPLOI : CE QU’IL FAUT SAVOIR !

« Salariées, vous bénéficiez d’une protection légale contre le licenciement pendant la grossesse, le congé maternité et au retour du congé. »
Comment annoncer votre grossesse à votre employeur ?

  • Vous n’êtes pas tenue de déclarer votre grossesse lors d’une embauche et au cours de la période d’essai : le fait qu’une salariée n’ait pas déclaré sa grossesse lors d’une embauche ne saurait être une cause de rupture du contrat de travail. Par ailleurs, un employeur ou un futur employeur n’a pas le droit de vous questionner sur vos projets parentaux.
  • Pour bénéficier des droits et protections liés à la grossesse et au congé maternité, vous devez informer votre employeur de votre grossesse. La loi ne fixe aucun délai pour le faire.
  •  Lorsque vous décidez d’annoncer votre grossesse, faites-le par écrit. Vous pouvez remettre contre récépissé ou envoi par lettre recommandée avec avis de réception un certificat médical attestant de votre grossesse. Une simple information orale ne suffit pas à garantir la protection, car en cas de litige votre employeur pourrait nier avoir eu connaissance de votre état de grossesse.

La protection légale de la femme enceinte au travail et en congé de maternité.

  • Le licenciement ou la rupture de la période d’essai d’une salariée ayant déclaré sa grossesse est annulé, sauf faute grave ou impossibilité de maintenir le contrat de travail. Le licenciement est également nul lorsqu’elle annonce par lettre recommandée avec accusé de réception à son employeur qu’elle est enceinte dans les 15 jours suivant la réception de la lettre de licenciement.
  • Pendant le congé maternité, l’employeur ne peut pas licencier une salariée, même en cas de faute grave ou impossibilité de maintenir le contrat.

 

LA SÉCURITÉ, CE N’EST PAS QUE LE PORT DES GANTS !

Derrière les grands discours moralisateurs sur la sécurité de la direction, il n’y a en fait rien de concret. Depuis quelques temps déjà, la CGT DS Smith St Just démontre dans les diverses instances que côté sécurité, notre direction de site est en fait en dessous de tout. Il y a déjà longtemps que la CGT DS Smith St Just a fait le choix de s’engager dans une démarche visant à tout mettre en œuvre pour que la direction assume son rôle d’employeur au sens de l’article L4121-1 du code du travail qui précise que l’employeur prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs.
C’est bien beau de parler de sécurité et de mettre en avant que les salarié.es ne portent pas les gants, qu’ils ou elles ne respectent pas les règles de sécurité etc... En fait, la direction reste campée sur le travail prescrit, et ne prend aucunement en compte le travail réel, c’est-à-dire toutes les adaptations que nous faisons au quotidien sur le travail prescrit pour réussir à faire notre travail. Ce qui, pour la CGT DS Smith St Just, est une erreur, la preuve, nous en sommes à 14 accidents depuis juin 2021.

QUELLES SONT LES CONDITIONS POUR SIGNER ET VALIDER UN ACCORD ?

Il semblerait qu’il ait une méconnaissance des conditions de signature et de validation d’un accord d’entreprise. A ce titre, il est apparu bon pour la CGT DS Smith St Just de faire un rappel de ce que dit la loi et qu’elles en sont les conséquences pour DS Smith Nord-Est (Kunheim et St Just) mais aussi pour St Just en cas d’accord d’établissement.
Selon le premier alinéa de l’article L2232-12 du Code du travail, en principe un accord collectif d’entreprise doit être un accord majoritaire. C’est à dire qu’il doit être signé par l’employeur ou son représentant et par une ou plusieurs organisations syndicales de salariés représentatives ayant obtenu seules ou ensemble au moins 50% des suffrages exprimés en faveur d’organisations représentatives au premier tour des dernières élections des titulaires au CSE, quel que soit le nombre de votants.

LE RESPECT, C’EST MUTUEL !

Le 13 avril au matin, a été constaté des dégradations dans les sanitaires situés à côté de la station encre.
La CGT DS Smith St Just condamne fermement cet acte abject qui est un manque de respect vis-à-vis de l’ensemble des salarié.es de l’entreprise mais surtout vis-à-vis des salarié.es chargé.es de l’entretien et de la propreté de l’ensemble des lieux communs du site. Il y a vraiment de quoi dégoûter ces salarié.es dont les rémunérations sont loin de celles des salarié.es de DS Smith et qui œuvre malgré tout pour que nos sanitaires et autres lieux de vie soient propres. Il faut arrêter de saper le gros travail réalisé au quotidien de ces salarié.es.

PÉNIBILITÉ, EGALITÉ PRO, QVT : UN ÉCRAN DE FUMÉE ?

Le 23 mars 2022 s’est tenue une dernière réunion portant sur l’égalité professionnelle, la Qualité de Vie au Travail (QVT). Si la CGT DS Smith Nord-Est avait pour volonté de négocier des accords qui améliorent nos conditions de travail et de vie au travail, à contrarion, il semblerait que la volonté de la direction en est tout autre. Obtenir une signature uniquement pour se conformer à la loi, mais en aucun cas améliorer nos conditions de travail de et de vie au travail. D’ailleurs, la CGT DS Smith Nord-Est constate tous les ans que la direction refuse de transmettre aux différents cabinets d’expertise l’ensemble des éléments permettant d’avoir un avis éclairé sur l’égalité professionnelle.
Mais que la direction ne s’y trompe pas, la CGT DS Smith Nord-Est, avec l’aval des adhérents, ne signera ni un accord qui n’abouti à rien ni un PV de désaccord !

JE SUIS SYNDIQUÉ.E J’EN DISCUTE AVEC UN.E SALARIÉ.E.

Pour beaucoup de salarié.es, ce n’est pas acceptable, ce n’est plus supportable : les injustices et les inégalités se multiplient dans l’entreprise comme dans la société. Précarité toujours en hausse, les salaires stagnent pendant que les profits dégagés par notre travail continuent de battre des records, le chômage demeure le passage obligé pour les jeunes comme pour les séniors. Cependant, rien n’est inéluctable. Le syndicat permet de dégager collectivement des solutions et d’agir pour les faire aboutir.

INTERSYNDICALE : UNE MAJORITÉ DE NON SIGNATAIRE !

L’intersyndicale DS Smith France s’est réunie en date du 22 mars afin de faire le point sur les NAO. A ce jour, l’état des lieux fait état d’une majorité de non-signataire. A savoir qu’à l’instant T, les sites suivants n’ont pas encore signé :

  • Bretagne.
  • Fegersheim.
  • Sud-Ouest.
  • Nantes.
  • Gasny.
  • Velin.
  • Sud-Est.
  • Rochechouart – Toury – Neuville.

 

NAO 2022 : LA CGT DS SMITH NORD-EST NE SIGNERA PAS !

Après avoir murement réfléchi et échangé avec l’intersyndicale, la CGT DS Smith Nord-Est n’apposera pas sa signature sur le protocole d’accord de fin de NAO 2022 pour plusieurs raisons.
Pour commencer, la CGT DS Smith Nord-Est considère que dans sa proposition, la direction ne tiens pas compte des besoins des salarié.es. En effet, la direction peut nous dépeindre une situation difficile avec des résultats en berne sur certains sites, notre organisation syndicale souhaite tout de même rappeler que cette situation n’est pas imputable aux salarié.es mais bel est bien à la stratégie mise en place par nos hauts dirigeants. Rappelons aussi, que les frais de groupe rapportent la bagatelle de 53,5M€ au Groupe quel que soient les résultats des sites. Ne parlons pas de ce que rapporte la PSP où la direction est loin d’être transparence et laisse planer le doute.

NAO 2022 : ROUND 3 !

Lundi 14 mars avait lieu la 3ème réunion des Négociations Annuelle Obligatoire (NAO).
Cette réunion a démontré une nouvelle fois le manque d’intérêt que porte la Direction France aux salarié.es de l’entreprise même si cette dernière reconnaît leur implication. Comme à chaque fois, il a fallu supporter la longue séance de pleures de la direction sur la situation de nos sites et l’avenir sombre.

Mais qui en est responsable ? Certainement pas les salarié.es !

D’ailleurs, lorsqu’un.e salarié.e commet une erreur, il est sanctionné voir licencier, qu’attendons-nous pour en faire de même avec le PDG France M. LAUMONIER voire même M. ROBERTS à Londres, ce sont bien eux les responsables des manques de résultat de nos sites avec tout ce qu’ils nous imposent ! Ou alors on ne nous dit pas tout et les sites gagnent bien plus d’argent que ce que nous dit la direction ! Et si nous y regardons bien, ce sont les frais de siège exorbitants, la Pompe Sur Profits (centrale d’achat des papiers) qui permettent de mettre les sites proches de zéro.

COURRIER DE L'INTERSYNDICALE

Les représentants des organisations syndicales CFDT DS Smith France, CFE/CGC DS Smith France, FILPAC-CGT DS Smith France et FO DS Smith France vous ont sollicité, dans un courrier daté du 19 janvier 2022, afin que les Négociations Annuelles Obligatoire s’ouvrent dans un premier temps au siège du groupe DS Smith France. Cela n’empêchant en rien de négocier les autres demandes directement sur les sites.

Suite à cette demande, nous avons été reçus par le DRH Groupe, M. CROISIER, pour échanger sur nos propositions. Après discussion, celui-ci a souhaité maintenir l’ouverture de ces négociations sur nos sites respectifs en nous laissant penser que nos directeurs auraient plus de flexibilité pour négocier et nous lui avons accordé le bénéfice du doute.

NAO 2022 : SECOND ROUND !

Ce jeudi 3 mars avait lieu la seconde réunion des Négociations Annuelle Obligatoire (NAO).
La Direction n’a pas échappé à sa posture des années précédentes. Elle a pris pour référence le seul indice INSEE du coût de la vie hors tabac de 2,8% qui, comme chacun le sait, cache la réalité de la baisse du pouvoir d’achat des Salarié.es.
Pour le coup en partant de très bas avec une 1ère proposition de 2,8% d’Augmentation Générale des salaires, la Direction une fois de plus, montre tout le mépris qu’elle porte aux Salarié(e)s de DS Smith Packaging Nord Est des sites de Kunheim et St Just en Chaussée. Le reste ? balayé d’un revers de main !
Ces 2,8% représentent en moyenne mensuel 48,23€ brut pour un coefficient 150, 50,92€ brut pour un coefficient 160 et 53,62€ brut pour un coefficient 170.
Ce qu’elle propose comme augmentation des salaires est une honte, c’est juste un alignement des salaries sur le coût de la vie, rien d’autre ! C’est une insulte faite aux Salarié.es, qui œuvrent au quotidien à créer la richesse du groupe DS Smith. Car ne nous trompons pas, ce n’est pas parce qu’un site ne gagne pas d’argent que le groupe DS Smith ne continu pas d’engraisser ses actionnaires !

LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ DES SALARIÉ.ES : PRIORITÉ N°1 DE LA CGT DS SMITH ST JUST !

Depuis quelques semaines, la CGT DS Smith St Just constate une recrudescence des accidents du travail sur le site. Pour notre organisation syndicale, il est totalement inacceptable de voire un ou une salarié.e repartir blessé.e du lieu de travail. C’est d’ailleurs pour ça que les élu.es CGT DS Smith St Just ont toutes et tous été formé.es en matière de prévention sur la santé et la sécurité. Cela leur permet de jouer pleinement leur rôle de préventeur, car les élu.es n'ont qu’un rôle de préventeur et ne peuvent en aucun cas contraindre l’employeur à prendre des mesures.
Précisons qu’au sens de l’article L4121-1 du code du travail, c’est bel et bien à l’employeur de protéger les salarié.es. Il serait bien que le directeur prenne la pleine mesure de cette tâche qui lui incombe mais surtout qu’il engage pleinement l’équipe sécurité du site ainsi que certains échelons hiérarchiques qui ont plus l’air préoccupé par leurs chiffres que par la sécurité.

NÉGOCIATIONS ANNUELLES OBLIGATOIRE 2022.

Le cahier revendicatif de la CGT DS Smith Nord-Est.

NAO 2022 : ROUND 1 !

Ce jeudi 17 février avait lieu le démarrage des NAO 2022 avec la première réunion qui a commencé en fanfare avec plus d’une heure de retard pour raison technique. Séance de pleurnicherie interminable de la direction qui n’a de cesse de répéter les mêmes choses. D’ailleurs, la direction nous a fait une démonstration incontestable que ses frais augmentaient, pour cette dernière, c’est une Inflation historique des coûts annexes : énergie, transport, palettes, amidon… La CGT DS Smith Nord-Est a tenu à rappeler à la direction que cette dernière avait oublié de parler des frais de groupe qui eux aussi ont augmenté de 3% sur 20/21 pour passer de 9,38M€ à 9,76M€ soit plus de 380000€. Nos salaires eux, sur la même période sont loin d’avoir enduré la même augmentation que celle des frais de groupe !

L’IMPORTANCE DES MOTS : LE PATRON NOUS DONNE DU TRAVAIL !

La CGT DS Smith St Just fait régulièrement des informations sur l’importance des mots dans la langue française. Pour cette 3ème information sur le sujet, notre organisation syndicale tient à rappeler certains fondamentaux.
Comme l’a précisé dit la CGT DS Smith St Just dans une publication, nous pensons avec les mots, et pas le contraire. Ce n’est pas « je pense une réalité sociale et je fabrique des mots », c’est « il y a des mots et avec ces mots je peux penser une réalité sociale. » Évidement, quand on supprime des mots et qu’on en met d’autres à la place, on ne pense plus de la même manière cette réalité !
Donc, ne dites jamais « un patron vous donne du travail », un patron ne donne jamais rien, il achète votre force de travail et il fait le maximum de profit dessus. Ce n’est pas lui qui vous paie, c’est vous qui le payez grâce à votre savoir et votre savoir faire que vous mettez à disposition contre une rémunération.

NÉGOCIATION PÉNIBILITÉ : VIVE LE VENT !

Une réunion de négociation s’est tenue le 3 février 2022 afin de proposer des actions devant se traduire dans un accord ayant pour objectif de réduire la pénibilité au travail.
Nouvelle « réunion de salon » où la direction écrit plein de chose sans pour autant donner de délais à court, moyen ou long terme. Plus grossièrement, faites-nous confiance.
Que la direction se rassure, la CGT DS Smith Nord-Est ne lui fait aucunement confiance même si les écrits sont plus que séduisant. Notre organisation syndicale a plus l’impression que la direction nous fait un numéro de « charmeur de serpents ».
Pour autant, la CGT DS Smith Nord-Est, au vu des explications fournies par la direction et du long sermon fait la main sur le cœur, a fait une proposition : si les objectifs ne sont pas atteints, notre organisation syndicale demande que la direction s’engage dans l’accord à verser au budget des activités sociales des CS2E de Kunheim et St Just X% de la masse salariale de chaque site.
 

NAO 2022 : NOUS NE LÂCHERONS RIEN !

En réponse au courrier de l’intersyndicale portant sur une demande de négociation des salaires directement avec le siège, la direction France n’aura pas tardé à réagir et à convier un représentant de chaque organisation syndicale le vendredi 28 janvier en visioconférence. La FILPAC-CGT DS Smith France aura été surprise de cette réactivité, surement que la direction France reste traumatisée de la grève du 14 juin 2021.
L’intersyndicale a rappelé le contexte de ras-le-bol général et a rappelé l’importance d’avoir une augmentation générale des salaires de l’ouvrier au cadre ce que refuse catégoriquement la direction France.
Elle a précisé que les directeurs de site devaient aller chercher l’enveloppe par cluster, mais il pourrait y avoir des différences à la fin des NAO entre site du même cluster (différence minime mais possible) en fonction des résultats. Le rôle de Puteaux sera de s’assurer que l’AG en pourcentage sera dans la fourchette afin de ne pas avoir trop de disparité entre site car les problématiques peuvent être différentes en fonction des régions. Il semblerait que les directeurs de site veuillent garder la main sur la NAO. Ils vont donc devoir assumer et répondre aux demandes de l’intersyndicale !
 

TÉLÉTRAVAIL : IL Y AURA UNE SIGNATURE DE LA CGT DS SMITH ST JUST

Suite à la négociation d’une charte télétravail entre la direction France et les représentants des organisations syndicales, la direction du site a fait une proposition d’accord télétravail avec une négociation le vendredi 28 janvier 2022. La négociation portait principalement sur les postes dit jaune où le siège renvoyait à une négociation sur le site.
Pour les postes dit vert, ce sera 1 jour par semaine de télétravail plus la possibilité d’un second en accord avec le responsable de service.
Pour les postes jaunes, ce sera 1 jour de télétravail par semaine à condition qu’ils soient validés par le responsable de service, tout en sachant qu’un responsable de service qui refusera à un.e salarié.e la possibilité de télétravailler devra motiver son refus.

NAO 2022, POUR UNE VRAIE PRISE EN COMPTE DE NOS REVENDICATIONS !

Alors que le SMIC a été aligné de +2,2% au 1er octobre et de 0,9 % au 1er Janvier 2022 sur l’inflation, les salaires dans le groupe DS Smith ont été augmentés de 0,7% en moyenne. De l’autre côté, les prix n’ont de cesse d’augmenter ces derniers mois, l’énergie dont les produits pétroliers +16,9%, les produits frais 6,8%, autre alimentation +0,4%, les produits manufacturés +1,1% (source INSEE à fin août 2021). Et à fin 2021 à + 2,8 % Quant aux augmentations de l’énergie, et ces derniers temps l’essence, nous laisse présager des fins de mois de plus en plus compliquées pour les salarié.es.
Le « quoi qu’il en coûte » du gouvernement avec la COVID-19 aura largement profité aux actionnaires de notre entreprise, pendant que pour nous, salarié.es qui avons continué à créer la richesse du groupe, c’est « ceinture » !

COEFFICIENTS : LA DIRECTION S’ENGAGE SUR FÉVRIER 2022 !

Lors de la réunion de CS2E du 24 janvier 2022, les élu.es CGT DS Smith St Just ont de nouveau attaqué sur les augmentations de coefficients. Comme la CGT DS Smith St Just s’en doutait, la direction a pris du retard sur les évaluations, évaluations qui au passage sont loin d’être optimales. De plus, pourquoi avoir fait passer ceux qui avaient déjà le coefficient de conducteur et ne pas avoir priorisé ceux qui étaient en attente.
Il est clair que chez DS Smith St Just, pour l’organisation, la direction est en-dessous de tout.

AMELIORER LA SANTE AU TRAVAIL.

La constitution de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) d’avril 1948 définit la santé et sa préservation comme un droit fondamental. La santé c’est « un état de complet bien-être physique, mental et social » selon la définition du préambule de l’OMS.
La CGT DS Smith St Just considère que le travail doit permettre de construire sa vie personnelle, celle de sa famille, de participer au développement de la société et de se protéger socialement des risques liés à toute vie humaine. Les situations anormales de travail doivent être reconnues comme altérant la santé des travailleurs, comme entravant le travail et l’efficacité économique des entreprises, commerces et autres services. Elles doivent être combattues. Le salarié travaille pour subvenir à ses besoins, non pour perdre sa santé au travail.

LIRE MA FICHE DE PAIE.

Dans cette information, la CGT DS Smith St Just vous propose une explication simple de votre fiche de paie.

TRAVAIL DU SAMEDI 8 JANVIER 2022 : ATTENTION, CE N’EST PAS DES HEURES SUPPLÉMENTAIRES !

La direction a demandé de travailler le samedi 8 janvier 2022 de 5h00 à 12h00 sur les machines suivantes : DOMINO 1, TANABE, MASTERFOLD. Pour rappel, la direction a fait reprendre le travail le lundi à 13h00 pour les salarié.es posté.es, il a donc fallu prendre une journée pour les salarié.es du matin le lundi 3 janvier 2022, or, la plupart ont pris soit une RTT soit un XRCN (repos compensateur de nuit).

Celles et ceux qui travailleront le samedi matin seront rémunéré.es en HEURES NORMALES !

BONNE ANNÉE

Les élu.es et syndiqué.es de la CGT DS Smith St Just vous présentent, ainsi qu'à vos proches, leurs meilleurs voeux pour cette année 2022 qui démarre.

BONNES FÊTES DE FIN D’ANNEE !

L’ensemble des élu.es et syndiqué.es de la CGT DS Smith St Just vous souhaitent de bonnes Fêtes de fin d’année.
Plus que jamais, nos objectifs restent les mêmes :

  • Lutter pour vos droits et vos conditions de travail.

  • Être toujours à vos côtés pour vous écouter, vous informer, vous accompagner et vous défendre.

LA LETTRE AU PÈRE NOËL.

Cher Père Noël,

j'ai bien travaillé, tout comme tu me l'avais demandé, toute l'année.

j'ai été sage, j'ai pris mes congés quand on me les acceptait.

PRIME MACRON POUR LES INTÉRIMAIRES : D’ICI FIN DÉCEMBRE DÉBUT JANVIER !

Après avoir informé nos collègues intérimaires de leur droit à la prime Macron que les salarié.es de DS Smith France avaient obtenu suite au mouvement contestataire du 14 juin 2021, la FILPAC-CGT DS Smith France avait souvent relancé la direction du groupe afin de connaître l’avancement des discussions entre nos dirigeants du siège et les différents dirigeants des agences d’intérim.
Le vendredi 10 décembre, la direction France voulant échanger avec les organisations syndicales sur l’évolution de la situation sanitaire en a profité pour nous informer que les discussions avaient bien avancé.

INFORMATION SUR LA MUTUELLE.

Comme vous avez pu le lire sur les différents panneaux d’information de la direction, à compter de 2022, les cartes tiers-payant de notre mutuelle Gras-Savoye seront digitalisées. C’est-à-dire qu’il faudra se rendre sur votre espace client pour la télécharger et l’imprimer.

TÉLÉTRAVAIL : ÉPISODE 3.

Le mercredi 1er décembre 2021, c’est tenue une troisième réunion avec la direction de DS Smith France sur le télétravail. Durant cette réunion, la FILPAC-CGT DS Smith France a fait le point sur ses revendications au combien légitime. Même si pour notre organisation syndicale les propositions de la direction France restent loin du compte, cette dernière a tout de même concédé à lâcher quelques améliorations.

PÉNIBILITÉ, EGALITÉ PRO, QVT : VIVE LE VENT !

Le mardi 30 novembre s’est tenue une seconde réunion portant sur l’égalité professionnelle, la Qualité de Vie au Travail (QVT) et la pénibilité. Si la CGT DS Smith Nord-Est avait la volonté de négocier des accords qui améliorent nos conditions de travail et de vie au travail, à contrarion, la volonté de la direction en est tout autre, la signature de cet accord a pour seul objectif de se conformer à la loi, mais en aucun cas améliorer nos conditions de travail de et de vie au travail.
Sur la partie égalité professionnelle et QVT, la direction parle de « moyens d’actions » et non d’actions qui seront réellement mises en place. Cet accord contient du texte mais rien de concret, écrire c’est bien, agir c’est mieux ! La CGT DS Smith Nord-Est constate que le dernier accord signé n’a rien donné de plus. Si la direction le veut véritablement, la CGT DS Smith Nord-Est propose un plan d’action avec des mesures concrètes qui améliorent de façon significative les conditions de travail de l’ensemble des salarié.es de Nord-Est ainsi que l’aménagement des fins de carrière.

TÉLÉTRAVAIL : QUELLES SONT NOS REVENDICATIONS ?

Le 1er décembre 2021 se tiendra une 3ème réunion en visioconférence avec la direction France sur le télétravail. Dans le cadre de cette réunion, la FILPAC-CGT DS Smith France a porté les revendications suivantes :
•    Concernant les salarié.es éligibles au télétravail, la liste qui a été communiquée fait preuve de bien trop de légèreté et manque d’ambition pour un groupe tel que le nôtre. La FILPAC-CGT DS Smith France demande que l’ensemble des salarié.es des services support puissent en bénéficier, les ADV, les commerciaux, la comptabilité, les méthodes, la logistique, le planning etc. D’ailleurs, durant la COVID-19, nous avons pu aisément constater que l’ensemble des services étaient en télétravail et cela n’a posé aucun problème de fonctionnement sur les sites.
•    Sur le nombre de journées télétravaillable, là aussi, la direction France pourrait être plus ambitieuse dans la mesure où ce mode de fonctionnement n’a pas posé de problème de fond durant la période épidémique de la COVID-19. Dans ce cadre, la FILPAC-CGT DS Smith France demande que le nombre de jours soient portés à un minimum de 2 par semaine et plus en cas de motifs impérieux (conditions climatiques, épidémie, raisons personnelles etc).

DÉCLARATION DE LA FILPAC-CGT DS SMITH FRANCE.

Les patrons des trois principaux groupes du carton ondulé, DS Smith, SMURFIT KAPPA et SAICA, ne cessent de mettre les salarié.es en concurrence pour mieux les exploiter. La FILPAC-CGT DS Smith France prône l’union des salarié.es de ces groupes. Définir une politique revendicative et une stratégie de lutte, telles seront les tâches à réaliser pour faire face au diktat patronal de ces trois groupes. C’est afin de travailler à cet objectif que les représentants syndicaux de chacun de ces groupes vont se réunir prochainement à Montreuil. La finalité de cette rencontre sera de préparer des intersyndicales par groupe puis commune afin de décider d’une journée d’action avec des revendications unitaires. Pour rappel, ces groupes représentent plus de 60% du marché de l’emballage en FRANCE. Ils sont tous les trois à capitaux étrangers avec des conseils d’administration peuplés d’actionnaires grassement rémunérés et une politique anti-social affirmée et revendiquée !

2021 : ET SI JE ME SYNDIQUAIS À LA CGT ?

Être informé.e, c’est mieux comprendre : la CGT DS Smith St Just écrit très régulièrement à ses syndiqué.es, au moyen de ses publications diverses ou par mail. Cela permet à ses adhérent.es de mieux s’insérer dans la vie des services, notamment par l’accès privilégié à des informations sur le fonctionnement global de notre direction. Être syndiqué.e, c’est aussi être informé.e au jour le jour de ce qui se passe dans les autres services et de se sentir, de fait, plus impliqué.e dans le fonctionnement de notre entreprise. La presse CGT informe aussi sur l’actualité des autres secteurs professionnels. Contrairement à d’autres, la CGT est confédérée, c’est-à-dire qu’elle est représentée à tous les niveaux du monde du travail. Cela permet aussi de rencontrer dans le cadre interprofessionnel des salarié.es des autres secteurs, public ou privé, et d’avoir une ouverture d’esprit sur la diversité du monde du travail. Depuis plusieurs années, la CGT DS Smith St Just organise des formations pour ses adhérent.es comme l’AT/MP (Accident du Travail et Maladie Professionnelle) RPS (Risques PsychoSociaux) et bien d’autre encore. Enfin, via notre site internet local www.cgtdssmith60.fr régulièrement mis à jour, vous pouvez, à tout moment et de n’importe où, accéder aux informations publiées par la CGT DS Smith St Just. Mais aussi, tous les trimestres, notre bulletin d’information distribué à l’ensemble des salarié.es

ENQUÊTE D’OPINION 2021, RESTONS 1ER SITE DE FRANCE EN ABSTENTION !

Cher.es collègues, cher.es camarades, vous allez être approché(e)s par un cabinet de consultants très prochainement pour répondre à une enquête d’opinion diligenter par le Groupe DS Smith. Cette consultation se présentera sous la forme d’un questionnaire prochainement. Le support papier n’étant pas une priorité pour le Groupe, ce questionnaire vous sera envoyé et devra être rempli en ligne ! Pour un Groupe papetier quelle ironie ! La participation à cette « enquête » n’est aucunement obligatoire et nous vous invitons à boycotter ce sondage et de ne pas participer ainsi à cette mascarade. En effet, ce déni de démocratie n’a qu’un seul but : pouvoir se prévaloir d’une grande participation afin de démontrer à nos actionnaires et à nos clients que tout va bien dans notre entreprise. Si les salariés participent et s’impliquent autant au côté de la direction, c’est bien que tout va bien, non ?

HARCÈLEMENT MORAL : QUE DIT LA LOI ?

Le harcèlement moral est un délit. Il entraîne la dégradation des conditions de travail. Il est puni dans le secteur privé comme dans le secteur public. La loi organise la protection des salariés, des agents publics et des stagiaires. Définition : Le harcèlement moral se manifeste par des agissements répétés susceptibles d'entraîner, pour la personne qui les subit, une dégradation de ses conditions de travail pouvant aboutir à : • une atteinte à ses droits et à sa dignité, • une altération de sa santé physique ou mentale, • ou une menace pour son évolution professionnelle. Si vous êtes victime de harcèlement moral, vous pouvez bénéficier de la protection de la loi, que vous soyez salarié, stagiaire ou apprenti. Ces agissements sont interdits, même en l'absence de lien hiérarchique entre vous et l'auteur des faits.

TÉLÉTRAVAIL : DOUCEMENT MAIS SUREMENT ?

Le 28 octobre, la direction a réuni les organisations syndicales afin d’avancer sur « une charte télétravail » fixant les bases de futurs accords dans les sites. La direction aurait voulu, dans l’idéal, que des accords soient négociés et signés pour le 12 novembre et au plus tard fin décembre 2021. Dans un premier temps, la FILPAC-CGT DS Smith France est surprise de constater que le « one DS Smith » soit encore un écran de fumée. Force est de constater que pour le télétravail, si certains sites en pratiquent encore, d’autres n’en font plus du tout. Concernant la « charte télétravail », il y a encore beaucoup de travail, notament sur les postes succeptibles d’être concernés. En effet la liste proposée est extrêment restrictive et ne prend pas en compte l’ensemble des emplois qui pourraient être concernés.

COEFFICIENT : STOP À LA MASCARADE ?

Cela fait maintenant plus de 18 mois que les élu.es CGT DS Smith St Just, lors des réunions de CS2E, ou via des communications par mail, demandent à la direction d’appliquer le coefficient 170 (conducteur) aux salarié.es qui conduisent une machine et 160 pour les sous-conducteur. Sensible au bien être des ses actionnaires, la direction nous a baladé depuis tout ce temps afin de réaliser des économies de bout de chandelles au seul profit de ces derniers !

DS SMITH : QUAND C’EST USÉ, IL FAUT JETER !

Le lundi 6 septembre 2021, le CS2E a été convoqué en réunion extraordinaire afin d’émettre un avis sur le reclassement de deux salarié.es. Somme toute reclassement, façon de parler, car depuis quelques temps, la CGT DS Smith St Just constate qu’il n’y a plus de reclassement. C’est le cas depuis 2019 environ où la direction n’apporte plus aucune solution aux salarié.es qu’elle a utilisé et abîmé à l’occasion du travail, elle veut juste se débarrasser de ces « personnes devenues inutiles » qui ne feront plus gagner assez d’argent aux actionnaires. La preuve, depuis début 2021, nous sommes à plus de 4 salarié.es qui seront licencié.es rien que pour St Just ! Le Groupe DS Smith qui se revendique un groupe vertueux et soucieux du bien être de ses salarié.es n’est en fait qu’un groupe de vautours plus soucieux du bien être de ses actionnaires que de ses salarié.es qui créent la richesse remontée au groupe.

TÉLÉTRAVAIL : LA DIRECTION OUVRIRAIT-ELLE UNE PORTE ?

Depuis plusieurs mois, la FILPAC-CGT DS Smith France, comme surement d’autres organisations syndicales, demande l’ouverture d’une négociation sur un accord de télétravail. Après avoir baladé les élu.es FILPAC-CGT DS Smith France du CEE (Comité d’Entreprise Européen), vers les CSE puis vers le Comité de Groupe, le 3 septembre, la direction de DS Smith France a contacté les organisations syndicales afin d’essayé d’avancer sur le télétravail. La FILPAC-CGT DS Smith France, sensible sur le sujet du télétravail, enverra donc une délégation pour cette première réunion qui ne sera pas une négociation pour le moment mais une discussion sur les attentes des salarié.es.

QUE FAIRE EN CAS DE SUSPICION DE COVID ?

Devant le manque flagrant d’information de la direction et « les mensonges » grossiers de certains encadrants, la CGT DS Smith St Just a fait le choix d’informer les salarié.es des mesures à prendre en cas de suspicion de COVID-19. Ces informations sont tirées du site AMELI, elles ne sont donc pas le fruit de l’imagination des élu.es de la CGT DS Smith St Just mais ces informations sont parfaitement vérifiable sur : https://www.ameli.fr/assure/actualites/demande-darret-de-travail-dans-lattente-des-resultats-dun-test-covid-ouverture-dun-teleservice. Lorsque l’on a des symptômes de la Covid-19, il faut immédiatement s’isoler et passer un test de dépistage sans attendre. Un nouveau téléservice est ouvert depuis le 10 janvier pour les personnes qui ne peuvent pas télétravailler et qui ont besoin d’un arrêt de travail. Ce téléservice permet aux personnes qui ont des symptômes de s’autodéclarer dès qu’elles s’isolent dans l’attente de leur test. Elles sont invitées à contacter tout de suite leur médecin traitant qui pourra vérifier avec elles la nécessité de cet isolement.

RISQUES PSCHOSOCIAUX : QUELS SONT LES FACTEURS DE RISQUES ?

Les facteurs à l'origine des risques psychosociaux sont nombreux et évoluent en même temps que le monde du travail. Les travaux récents d’un collège d’experts internationaux proposent de les regrouper en six catégories :  Intensité et temps de travail : cette première catégorie comprend les notions « d’exigences psychologiques » (voir modèle de KARASEK) et « d’efforts » (voir modèle de SIEGRIST) mais plus largement les contraintes de rythme, l’existence d’objectifs irréalistes ou flous, l’exigence de polyvalence non maîtrisée, les instructions contradictoires, les longues journées de travail, le travail en horaires atypiques, l’imprévisibilité des horaires de travail…  Exigences émotionnelles : les exigences émotionnelles font référence à la nécessité de maîtriser et façonner ses propres émotions. Elles concernent essentiellement les métiers de services : exigence de sourire ou de bonne humeur, tensions avec le public, contact avec la souffrance ou la détresse humaine. L’exigence de devoir cacher ses émotions peut également concerner d’autres secteurs d’activités quand la culture dominante de l’entreprise est le contrôle total de soi en toutes circonstances et l’affichage constant d’une « attitude positive ».  Manque d’autonomie : l’autonomie au travail désigne la possibilité d’être acteur dans son travail. Elle rejoint la notion de « latitude décisionnelle » » (voir modèle « job-strain » de KARASEK) et inclut non seulement les marges de manœuvre (la possibilité de s’auto-organiser dans son travail) mais également la participation aux décisions qui concernent directement son activité ainsi que l’utilisation et le développement de ses compétences.

QUAND LE TRAVAIL VA MAL, C’EST SON ORGANISATION QU’IL FAUT REGARDER !

Depuis plusieurs années, la CGT DS Smith St Just remet en cause l’organisation du travail au sein de notre entreprise. En effet, quand on y regarde bien, c’est bien cette organisation du travail, mise en place par la direction, qui met à mal la santé des salarié.es (burn-out, accident de travail etc), dégrade les résultats du site et génère les heures supplémentaires. Les exemples sont nombreux de cette « désorganisation » programmée par notre direction. Par exemple, chacun peut constater qu’il y a souvent des machines en rupture la semaine qui sont soumises au travail du samedi matin et qui se retrouvent à nouveau en rupture le lundi matin. Autre exemple flagrant, même si la direction tente de balayer d’un revers de main ce problème en mettant en cause les médecins, le taux d’absentéisme, consécutif du ras-le-bol général et des visites récurrentes des salarié.es chez le médecin.

RISQUES PSYCHO-SOCIAUX : C’EST LE TRAVAIL QUI DOIT CHANGER !

Notre entreprise craque de partout : pas un jour sans que les camarades CGT DS Smith St Just ne soient alertés par des salarié.es en souffrance. Les « risques psycho-sociaux » ou RPS sont le risque professionnel majeur auxquels sont confrontés les salarié.es. Quelles réalités différentes recouvrent-ils dans notre entreprise ? D’où vient cette souffrance au travail ? A quoi peut ressembler un vrai plan de prévention des RPS ? Autant de questions auxquelles la CGT DS Smith St Just vous propose de répondre… CONSTATS : Burn out pour les uns, bore-out pour les autres, mépris des personnels et manque de considération à tous étages... Derrière le terme de « RPS » ou « risques psycho-sociaux », se cachent des situations très concrètes, parfois dramatiques. Collègues harcelés et méprisés, collègues débordés (Burn out), collègues en proie à la perte de sens (bore out ou Brown-out) … Toutes les configurations existent et elles sont bien trop fréquentes.

INTERSYNDICALE DS SMITH : UN ACCORD À LA HAUTEUR DE L’ÉVÈNEMENT !

Le 14 juin, à l’appel de l’intersyndicale DS Smith France, la forte mobilisation sur l’ensemble des sites français, la direction France s’est vite remise autour de la table des négociations dès 10h. Après quatre réunions où l’intersyndicale composée de la FILPACCGT DS Smith France, la CFDT DS Smith France, la FO DS Smith France et la CFE-CGC DS Smith France, voici ce qui a été obtenu : • Prime Exceptionnelle de Pouvoir d’Achat 2021 : 1000€ pour tous les salariés jusqu’à 3 SMIC annuels soit 55600€. Le paiement interviendra dans le mois suivant la promulgation du décret. • Plafonds Intéressement : Hausse des plafonds à 2000€ pour les cartonneries et 1200€ pour les cartonnages. Cette mesure sera mise en place via avenants ou nouvel accord local, à signer avant le 31 Octobre 2021, pour effet sur intéressement 2021/22. • Prime d’Ancienneté : application d’un nouveau palier pour l’ancienneté de 18% à partir de 18 ans d’ancienneté (Convention collective concernée : Production et transformation du papier carton). • Participation : une modélisation financière est en cours et la direction s’engage à ce que les formules dérogatoires pour les entités concernées leur soient communiquées le 30 juin.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE INTERSYNDICALE

DS Smith est le premier groupe européen de packaging, il l’est également en France. Le management « à la britannique », que la direction tente d’imposer en France et partout en Europe, rompt avec la culture d’entreprise qui assurait une proximité dans les prises de décisions. Il a aussi tendance à entamer les relations sociales, respectueuses du personnel et de ses représentants. La fermeture programmée de la société Premium à Cognac en 2013, malgré un investissement de 7 millions d’euros dans la même année, en est l’illustration. DS Smith obéit désormais à une logique de service aux actionnaires, membres de la City de Londres, qui exigent une rentabilité immédiate multi-chiffres. La logique mise en place risque d’échapper dès lors à la Profession pour verser dans la pure spéculation financière. Et ce, avec le mépris le plus total des salarié.es qui créent la richesse de ce groupe au quotidien et encore plus durant la crise sanitaire. Conséquences pratiques ? Les réorganisations, tant commerciales qu’industrielles, en France comme en Allemagne, viennent « d’en haut », de bureaux situés à Paris, Bruxelles ou Londres. Elles sont totalement déconnectées de la réalité de l’entreprise et de ses impératifs. En cela, elles fragilisent l’édifice industriel qui était la force des quatre sociétés : OTOR, SCA, KAYSERSBERG et EUROPAC.

MÊME PAS CAP’ !

Depuis le 25 mai, l’intersyndicale, composée de la FILPAC-CGT DS Smith France, la CFDT DS Smith France, la FO DS Smith France et la CFE-CGC DS Smith France, a appelé à la grève des heures supplémentaires. Cet acte symbolique permettait de laisser le temps à la direction de se retourner afin de répondre favorablement, et tout en négociant, aux revendications qui sont les suivantes :  Prime dite MACRON : 1500€ pour tous.  Mise en place d’un accord dérogatoire de participation sur tous les sites.  Augmentation des plafonds d’intéressement sur l’ensemble des sites avec un accord calqué sur celui de Nord-Est.  Augmentation du plafond de l’ancienneté à 20 ans avec un palier à 18 ans. Malgré les appels du pied de nos organisations syndicales, la direction France préfère faire l’autruche en attendant que de la grogne sociale passe.

LA DIRECTION FAIT UN PREMIER PAS !

Suite aux différents échanges et communications de l’ensemble des organisations syndicales de DS Smith France, la direction est revenue le mercredi 26 mai vers nous afin d’essayer de débloquer la situation. Elle propose donc de revoir le plafond de l’attribution de la prime dite MACRON de 250€ à 3 fois le SIMC soit 55601€. Si pour la FILPAC-CGT DS Smith France la direction a fait un premier pas, cette dernière ne doit pas s’arrêter en si bon chemin car il y a pour notre organisation syndicale, matière à négocier avec le delta des 250€ proposé par la direction et les 1500€ demandés par l’intersyndicale.

CIRCULEZ, Y-A-RIEN À VOIR !

Suite aux revendications de l’intersyndicale, le directeur général et le DRH groupe ont tout de même pris la décision d’échanger avec les organisations syndicales le jeudi 20 mai de 16h30 à 17h30. Une heure pas plus, notre directeur général ayant une réunion dans la foulée, en gros, je vous sers la soupe et dégagez ! Voici en quelques lignes ce qui ressort de cette pseudo réunion : -Prime dite MACRON : la direction générale est fière de nous proposer 250€ dans les conditions évoquées, au global France, cela représente une enveloppe de 500000€ soit environ 1% des résultats du groupe, devinez où iront les 99% restant ?

MONSIEUR LAUMONIER : LES SALARIÉ.ES NE FONT PAS L’AUMONE !

Le vendredi 14 mai 2021, suite à l’envoie de l’intersyndicale DS Smith au siège d’un communiqué commun, action, réaction, la direction communique sur une prime de 250€ sous conditions ! D’entrée de jeu, il y a fort à parier que peu de salarié.es seront éligibles à cette prime. Déjà, toutes celles et ceux qui ont effectué des heures supplémentaires, circulez, il y a peu de chances que vous l’ayez, ceux qui ont eu de la maladie, la direction ne précise pas ce qu’elle entend par ‘au prorata du temps de présence », là aussi, si la carotte est devant, attention qu’elle ne se retrouve pas derrière à la fin !

ÇA C’EST DE L’ORGANISATION !

Encore un carton rouge pour la direction DS Smith St Just, malgré les demandes répétées des organisations syndicales pour faire le pont de l’ascension, la direction s’est refusée à cette idée prétextant une charge de travaille importante. Qu’à cela ne tienne, s’il y a du travail effectivement il faut travailler même si dès le début la CGT DS Smith St Just s’attendait à ce que ça ne tourne pas rond. Malheureusement, une fois de plus, la CGT DS Smith St Just a eu le nez fin, force est de constater que dès le vendredi il y a des ruptures, 2101, 2003, 922, 1628-2, et il y aurait même pu avoir des PCR en rupture si les salarié.es du 1628-2 ne s’étaient pas organisés pour venir du matin. Sans compter les machines qui tourneront samedi matin. Faute d’avoir une direction capable d’organiser le travail, il faut bien que ce soit les salarié.es qui s’organisent !